VANISHING POINT
Plus d'infos sur VANISHING POINT
Melodic/Progressive Metal

Tangled In Dream (2-CD Special Edition)
Morbid Domi
Journaliste (Belgique)

VANISHING POINT

«Cette réédition de « Tangled In Dream » présente surtout l'intérêt de nous faire découvrir un excellent groupe de power progressif mélodique, hélas trop méconnu ; quant aux extras, il y a de l'intérêt pour certaines pépites et du passable.»

21 titres
Melodic/Progressive Metal
Durée: 110 mn
Sortie le 27/01/2017
9125 vues
En général, lorsque je vois qu'un groupe est réédité, j'avoue que je sens souvent une certaine pointe de scepticisme monter en mon esprit, me demandant l'intérêt.
Dans le cas qui nous préoccupe, sans perdre une once d'éthique, je salue l'intelligence de l'acte posé par AFM Records.
La raison en est simple, le groupe concerné, Vanishing Point, est à mes oreilles, un véritable maître d'oeuvre en matière de métal progressif mélodique.
D'autre part, lorsque vous réalisez que ces Australiens capitalisent plus de 21 ans d'expérience sans être plus connus que cela en Europe, je me dis que c'est totalement injustifié. Sans doute n'y avait-il pas de volonté chez eux de jouer le jeu de la starisation en partant à la conquête du monde.
Ils débutèrent l'expérience de la production avec Angular Records, Label indépendant basé à Londres, au catalogue assez hétéroclite et c'est peut-être là un élément du problème.
Ils iront ensuite sur le Label Hamourgeois, LMP qui était nettement plus adéquat au style artistique de nos Australiens et ce, juste le temps d'un album.
Car une autre difficulté m'apparaît, le temps espacé entre les productions qui est assez erratique et je prends pour illustrer le propos, les 7 années écoulées entre le très agréable « The Fourth Season » (2007) et le génial « Distant Is the Sun » (2014) couvert par AFM Records.

On est en 2017, toujours rien à l'horizon et dès lors, je salue la stratégie d'AFM pour garder les initiés de Vanishing en haleine.
Je n'irai pas par 4 chemins en disant que lorsque nous constatons un groupe avec un potentiel énorme comme celui de Vanishing, et que nous voyons qu'il faut de plus en plus attendre pour avoir l'immense joie de découvrir une production de qualité, j'estime que cela cause un préjudice à l'autel de la créativité.
Ne dramatisons pas à outrance, il y a malgré tout 5 albums dans l'escarcelle de la carrière, mais aussi un « Mais » sans doute lié à un goût de « On en veut encore ».

Nous comprenons donc qu'il s'agit cette fois de remettre à l'honneur un album qui possède une puissance séductrice somptueuse, le superbe « Tangled in Dream », sorti il y a 17 ans.
Au vu des pépites que sont les 11 chansons, tout amoureux de Power progressif et même de Heavy mélodique, peut franchement foncer sur l'album.
Les musiciens de Vanishing Point brillent dans leur manière de privilégier l'approche mélodique et montrent une sérieuse aptitude à vous captiver immédiatement, loin des standards évoluant dans des registres techniques trop ardus que seuls les musiciens confirmés peuvent apprécier.
Il y a aussi le chant de Silvio Massaro qui vaut la peine d'être découvert dans une carrière de métalleux. Son timbre de voix est superbe, en équilibre parfait dans la gamme moyenne, entre baryton et ténor.
Le plaisir est au rendez-vous, comme celui de redécouvrir le très racé « Bring On The Rain » en tempo maîtrisé avec une douce nappe de synthé.
Vous aimez le langoureux pour séduire… foncez sur le profond « Dancing With The Devil ».
Du plus rapide, de l'énergique, il y a aussi au catalogue des possibilités du combo, écoutez le superbe « Surreal » !!
Vous préférez une orientation plus progressive, « Closer Apart » en porte une digne griffe.

Vous connaissez déjà le groupe, partagez sans doute une éteincelle d'admiration pour ses qualités et ne possédez aucun CD !
Je confirme, le produit est intéressant et c'est sur le second CD qu'il convient d'apprécier la plus-value d'une déjà bien belle valeur sur le premier volet.

Nous découvrons une toute nouvelle déclinaison de « Samsara », sobrement intitulée « Samsara II » qui offre un autre angle dans l'accroche mélodique. On retrouve bien la base Power dans le mordant du riffing des oeuvres du guitariste du début, Chris Porcianko mais avec la griffe de 3 musiciens ayant rejoint l'aventure : le second guitariste, James ''Bushy'' Maier intégré en 2012 ainsi que le bassiste, Adrian Alimic et le batteur, Jordan Trevan derniers venus de l'an 2015.

S'ensuivent deux cover, « Separate Ways » de Journey et « On The turning Away » de Pink Floyd qui ne manquent pas d'engagement et présentent toutes 2 un bon niveau d'exécution. J'apprécie les lignes de basse qui accompagnent le jeu de batterie déjà bien énergique. Le timbre de Silvio reste toujours identifiable, semblant avoir échappé aux risques d'érosion temporelle.
Son chant justement baisse d'une gamme sur la reprise Pink Floydienne, ce qui donne de l'altitude dans l'ambiance. Sans doute pour mieux marquer le respect pour ce groupe titanesque. Même le jeu musical se montre plus pausé.

Au rayon des surprises, pour l'instant, on en a pour son argent, car vous découvrirez deux bonus qui furent offerts aux Japonais : « The Endless Road » qui accompagnait en 2014, l'album « Distant The Sun » et le plus ancien « Veil Of Deceit », cerise sur le gâteau de «The Fourth Season » (Pour rappel, 2007).
Ce « Endless Road » présente une âme assez Bon Jovienne dans sa structure à la guitare sèche mais à la gratte bien marquée, non sans s'accompagner d'un bon cadre de guitare électrique restant plus en retrait. Le synthé vous enveloppe de sa douceur. Bref, nous découvrons un bien joli morceau.
Quant à ce « Veil Of Deceit », il fonce dans la vitesse d'exécution, bien suivi dans le jeu de synthé. Le riffing de guitare est mordant. On entre dans une dimension épique. Le jeu de batterie est plus agressif et ma foi, c'est bien plaisant. Le morceau est excellent.

Et histoire de vouloir finir en beauté, pas moins de 5 morceaux qui furent joué en Live « Unplugged » sur la Radio de Melbourne, PBS FM en 2003.
Nous retrouvons ainsi « The Real You » et « Dancing With de Devil », forcément bien transformés par rapport à ce que vous découvrirez sur ce premier CD. Le synthé est davantage mis à l'honneur dans cette configuration Unpluggedienne. C'est sympathique mais j'avoue préférer l'original.
Le son n'est pas génial et cela impacte le plaisir.
Quant aux 3 dernières chansons, elles nous viennent du tout premier album, histoire de mesurer leur mutation après 6 ans d'expérience par rapport à la date initiale de leur sortie.
« Inner Peace » semble tirer son épingle du jeu dans cet exercice, dégageant du coup, une dimension plus spirituelle.
« Hollow » ne me séduit pas trop, à l'inverse de « Vanishing Point » qui tinte du coup un peu plus flamenco.
Ça peut plaire mais je ne retiendrai pas ces 5 morceaux comme étant des incontournables.

Globalement, j'ai pris un grand plaisir à retrouver « Vanishing Point » qui brille surtout dans son registre Power mélodique de haute volée.
Quant aux bonus, je recommande surtout la sublimation actualisée de « Samsara » et les bonus Japonais qui en valent franchement la peine.
Les Covers sont sympas mais voilà, ça reste du Cover. Est-ce bien utile ?
Pour coter l'ensemble du produit, j'opte pour une moyenne entre les deux CD's :
- 4,5/5 pour le CD 1
- 2,5/5 pour le CD Bonus
Vivement un tout nouvel album et là, je pense que les pendules seront remises à l'heure.

En conclusion
Cette réédition spéciale Bonus de « Tangled In Dream » présente surtout l'intérêt de nous faire découvrir un excellent groupe de power progressif mélodique, hélas trop méconnu ; quant aux extras, il y a de l'intérêt pour certaines pépites et du passable.

Hélas pas de vidéo officielle à vous faire découvrir !!!