ALIEN WEAPONRY
Plus d'infos sur ALIEN WEAPONRY
Thrash Ethnique
Chroniques
Tu
2018

Tangaroa
The Bruce 666
Journaliste

ALIEN WEAPONRY

«Alien weaponry nous délivre un deuxième album inspiré qui dénote une progression certaine. »

12 titres
Thrash Ethnique
Durée: 62 mn
Sortie le 17/09/2021
506 vues

Alien Weaponry est considéré par Metal Hammer comme le futur du metal. Après avoir découvert leur premier album ''Tu'' paru en 2018, j'étais déjà pas loin de partager ce point de vue. Le groupe Néo-Zélandais propose un thrash rafraîchissant (comprendre ni brutal, ni technique) basé avant tout sur de gros riffs et sur une thématique chère aux frères De Jong, l'histoire et le patrimoine culturel du peuple maori. Ce premier effort était prometteur et l'on pouvait déceler une certaine marge de progression. Lewis (Chant, Guitare) et Henry (Batterie) sont rejoins sur ce nouvel opus tant attendu par Turanga Porowini Morgan-Edmonds, à la basse.

Le premier titre que j'ai écouté fut 'Buried underground' et le moins que l'on puisse dire, c'est que le groupe est clairement rentré de plain pied dans une autre dimension. Quel riff ! Une merveille je vous dis. Je peux écouter ce morceau en boucle sans m'en lasser. A noter que le clip est très drôle. On peut y voir notamment des fans du groupe à travers le monde, effectuer un 'stomp' (Un mouvement où ils étendent un peu les bras sur le côté et lèvent un pied à la fois de manière exagérée, avant de le reposer sur le sol), effet garanti sur ce fameux riff venu d'ailleurs. On y prend goût et on est comblés à 01:27 avec un nouveau riff efficace. Clairement un des tous meilleurs single de l'année 2021.

Deux mois avant cela, Alien Weaponry nous avait présenté son premier single, avec le titre éponyme, 'Tangaroa' ( C'est le nom du dieu maori de la mer qui considère l'eau comme une entité vivante). Les paroles de la chanson évoquent le changement climatique et les pratiques de pêche illégales. On peut apercevoir à la fin du clip (très réussi également dans un autre registre) que le groupe soutient Sea Shephred, à l'image de Gojira, dont il assura la première partie en 2022. Les couplets sont chantés en Anglais et le refrain en Maori. Le titre est efficace et l'on peut déceler une maturité certaine dans le travail de composition.

Un des privilèges indéniables du chroniqueur est de pouvoir découvrir les albums en avant première et lorsque, cerise sur le gâteau, la maison disque à la présence d'esprit de joindre les paroles des chansons (avec en plus traduction en anglais des passages en Maori), c'est que du bonheur !

L'album débute avec 'Titokowaru', intégralement chanté en Maori, ce qui fait le charme d'Alien Weaponry. On est tout de suite dans l'ambiance, par l'intermédiaire de chants déterminés, accompagnant les guerriers lors de leurs déplacements en pirogues. La chanson décrit l'histoire d'un célèbre chef de guerre qui a défié le gouvernement colonial en Nouvelle-Zélande et dirigé une armée rebelle. Les riffs se veulent oppressants accompagnés par des tambours sur l'intro. Le riff à 01:46 est délicieux et vers les trois quarts du morceau un speech fait sont petit effet. En terme d'inspiration, c'est à des années lumières du premier album.

On retrouve quelques titres avec un chant exclusivement en maori avec notamment, 'Hatupatu', inspiré par l'histoire poignante et légendaire d'un ancêtre de Jong affrontant une sorcière. Le groupe réussit une nouvelle fois à nous envoûter, avec des riffs et un chant porteurs d'émotions. 'Kai Whatu' n'est pas en reste. Je ne voudrais pas avoir l'air d'insister, mais Alien Weaponry a vraiment fait un grand pas en terme de composition. On retrouve, sur chaque titre, une marque de fabrique indéniable. Enfin, 'Ihenga' clôture les chansons chantées dans leur langue natale. Et de quelle manière ! J'ai carrément eu des frissons en écoutant le morceau. On est littéralement transportés. Après une introduction tripante, le chant est repris de manière collégiale et cela fonctionne divinement bien. J'affectionne beaucoup ce genre de titre qui dépasse le cadre du metal.

Comme sur le premier album, le combo propose également des titres en anglais. Sur le précédent opus, certains morceaux étaient le point faible de l’œuvre mais ici après avoir reçu l'uppercut 'Buried underground', on a droit à deux ballades plutôt réussies 'Unforgiving' et 'Crooked Monsters', un morceau raffiné au refrain accrocheur 'Blinded' et les plaisants 'Dad' et 'Down The Rabbit Hole' aux riffs toujours efficaces dont le groupe à le secret.

Pour résumer, je dirais qu'après l'écoute de ce deuxième album, je partage entièrement le point de vue de Metal Hammer : Alien Weaponry sera le futur du metal. Trop de groupes se ressemblent actuellement et un vent de fraîcheur est toujours le bienvenue pour faire perdurer notre chère scène metal. Alien Weaponry, mine de rien, se construit progressivement et l'avenir lui est grand ouvert.