Symphony of Sin
United Rock Nations

EDEN'S CURSE

13 titres
Melodic Metal
Durée: 67 mn
Sortie le 04/10/2013
3996 vues
« Mais pourquoi sont-ils si gentils ? ? ? ! ! ! » éructe le métalleux moyen à l'écoute de ce quatrième album d'Eden's Curse. Après les 13 titres de ce « Symphony of sins », on se prend effectivement à rêver que surgisse un infect personnage rubicond armé d'une tronçonneuse, pour malmener un peu cette belle harmonie. Car c'est bien d'harmonie qu'il s'agit, mais aussi de mélodie, souvent de vitesse, toujours en finesse et en virtuosité, servies par une production carrée comme un BN.

Eden's Curse fait étalage de son talent, indéniable au demeurant. Mais - car il y a un mais - le grand public reste sur sa faim, parce que ces gars-là ont distillé tout au long de l'album de quoi ravir les rockers aux goûts les plus variés. Distillé seulement, alors qu'on les sent capable d'en balancer des barriques.

Le gang est emmené le chant pur et haut perché de son nouveau frontman serbe. A ses côtés se tiennent de fiers musicos, dont on sait après quelques mesures seulement que tout petits déjà ils faisaient la fierté de leurs profs de musique. Jusque-là rien de nouveau, tant le métal mélodique et symphonique regorge de cadors. Mais Eden's Curse vous en donne plus : le chant évoque les autorités du genre (Dream Theater, Helloween) mais effectue quelques incursions bienvenues dans des tessitures rauques (titres « Devil in disguise » ou « Losing my faith »).

Par ailleurs, on note une volonté de déborder du moule classique du métal symphonique, avec des structures et des riffs empruntés à d'autres écoles: pêle-mêle un riff que ne renierait pas Annihilator (« Break the silence »), des lignes de basses modernes (« Losing my faith », « Rock bottom »), ou encore une virée glam (« Sign of the cross »).

L'album exhale le talent d'écriture de ses géniteurs, avec des refrains souvent catchy (« Symphony of sins », « Fallen from grace », « Unbreakable »). On tient là un opus qui peut plaire au public le plus mainstream si ce dernier néglige le refrain de « Wings to fly », seule grosse faute de goût, qui pourrait servir de bande-son à une production Disney.

Mais, ne vous inquiétez pas pour lui: refroidi par l'obsession mélodique dès que passé le réjouissant riff d'intro à la Scorpions de la meilleure période, le « métalleux de base » sera parti dans la cuisine se décapsuler une bière avec les dents, pour ressortir une oreille ravie d'entre les placards lorsque tonne le riff furieux du titre suivant.

Quant aux aficionados du métal mélodique, ils auront pardonné un petit manque d'aspérités (auquel contribuent peut-être les changements de line-up de ce groupe multi-nationalités) et placeront ce « Symphony of sin » en bonne place dans leur discographie.
EDEN'S CURSE
Plus d'infos sur EDEN'S CURSE
Melodic Metal
Chroniques