Survival of the Sickest
Anibal BERITH
Journaliste

BLOODBATH

«Bloodbath assoie sa réputation dans le death old school suédois avec ce 6ème disque en intégrant des touches modernes sans tomber dans le cliché de la démonstration.»

11 titres
Death Metal
Durée: 45 mn
Sortie le 09/09/2022
399 vues

Le groupe de death old school suédois Bloodbath ne laisse pas indifférent et génère toujours autant d’engouement à chacune de ses prestations et de ses sorties d’album. Ca tombe bien puisque la formation de la fin 90’s délivre, en cette rentrée 2022, son sixième opus intitulé « Survival of the Sickest ».

Arborant un artwork complètement dans le thème évoqué par le titre, le matériel s’articule autour de 11 compositions pour près de ¾ d’heure d’écoute dans la pure tradition du death old school suédois. Comme ont toujours su le faire nos voisins scandinaves, leur death metal sait être accrocheur, rageur, brutal tout en privilégiant les parties mélodiques sans tomber dans le mélodieux. Sur ce postulat, ce nouvel album de la formation est une totale réussite !

Dès l’entrée en matière du disque avec « Zombie Inferno », l’univers old school suédois est très présent avec une sonorité moderne et massive. C’est très intéressant car l’écoute est très qualitative et permet à l’auditeur d’apprécier l’ambiance des 90’s avec un son d’aujourd’hui. Au-delà du côté old school, ce dernier est globalement épais. C’est ce qui surprend d’entrée de jeu ! C’est volumineux, bien rempli ; le tempo imposé par le batteur est majoritairement dynamique voire brutal. « Putrefying Corpse » en est la preuve directe avec son attaque franche et sans transition !

La transition se fait en suivant où le quintet ajoute de la dissonance dans ses riffs afin d’accentuer le côté horrifique de l’œuvre. S’ajoute de la lourdeur au fil de la tracklist épaississant la galette qui trouve son rythme de croisière dès « Malignant Maggot Therapy » dans lequel on perçoit un riff emprunté aux danois Beast ! Ce n’est pas la seule source d’inspiration du groupe puisque l’on retrouve, parsemées dans les compositions, des influences de Morbid Angel, Sepultura, Napalm Death et Vader. Je vous laisse le soin de les trouver mais c’est assez flagrant pour les auditeurs ayant poncé les vieux albums de ces groupes. C’est d’ailleurs de bonne augure car ça permet aux auditeurs matures de se familiariser avec le disque aisément tout en acceptant la modernité de ce dernier.

La matériel s’alourdit à partir de « Tales of Melting Flesh » dont les blast assénés par « Axe » sont assommantes pour devenir brutales (« Environcide ») et laisser place au torturé et râpeux titre outro « No God Before Me ».

Bloodbath assoie sa réputation dans le death old school suédois avec ce 6ème disque en intégrant dans ses compositions des touches modernes sans tomber dans le cliché de la démonstration. Des influences outre atlantique sont également très présentes lors des passages plus incisifs et agressifs de certains titres. Une réussite !

Tracklist :
1.
Zombie Inferno
2.
Putrefying Corpse
3.
Dead Parade
4.
Malignant Maggot Therapy
5.
Carved
6.
Born Infernal
7.
To Die
8.
Affliction of Extinction
9.
Tales of Melting Flesh
10.
Environcide
11.
No God Before Me