VOLUNTARY MORTIFICATION
Plus d'infos sur VOLUNTARY MORTIFICATION
Deathcore

Suffer to Rise
Enora
Journaliste

VOLUNTARY MORTIFICATION

«Voluntary Mortification réussit plutôt bien son concept album et emporte l'auditeur dans une visite des enfers !»

11 titres
Deathcore
Durée: 42 mn
Sortie le 22/07/2022
700 vues

Pour leur premier opus, les Américains de Voluntary Mortification ont choisi de nous emporter avec eux à travers un concept album qui raconte l'histoire de la descente d'une âme dans les tourments de l'enfer et de sa rédemption ultime. Produit par Josh Schroeder (Lorna Shore, Ghost Bath, Dagon, etc.), « Suffer to Rise » annonce ainsi d’emblée le message de ce jeune groupe de Christian Deathcore.

Sur un fond sonore composé de battements de cœur, une ligne de basse se met peu à peu en place, bientôt remplacée par des halètements eux-mêmes interrompus par une longue sonnerie ; le patient n’a pas survécu. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ‘Wages of Sin’ annonce la couleur avant de se prolonger par l’organique ‘Death Tremors’ qui mêle une rythmique sèche au scream gargouillant et malaisant à souhait de Conner. ‘Vindicator’ tire sa force de la puissance de ses contrastes entre passages hypnotiques et tourbillons de violence. La batterie de Johnny guide l’ensemble du groupe sur toute la durée du titre qui reprend tous les bons codes du Deathcore, qu’on retrouve avec la même maîtrise sur ‘Valley of Slaughter’.

Avant de s’évanouir dans le lointain, des cloches annoncent ‘Silence’, un morceau avec un vrai potentiel de séduction grâce à se rythmique groove marquée par la basse de Matt et ses riffs efficaces assurés par Matt et Jacob aux guitares. ‘Democratic Society’ s’ouvre sur court passage parlé qui aborde l’arrogance conférée par le pouvoir avant d’emporter l’auditeur dans un flot énergique et débordant qui met toujours à l’honneur une rythmique entraînante visiblement chère à Voluntary Mortification. Le groupe semble ensuite faire le choix de revenir vers ses racines plus Death old school avec ‘The Cull’ et ‘Abomination’, qui restent sensiblement dans la même veine à l’exception d’un break qui mérite d’être noté en conclusion d’‘Abomination’.

Le titre éponyme condense tous les éléments que le groupe a mobilisé jusqu’à présent et incarne donc un résumé convaincant et complet de l’œuvre de Voluntary Mortification. On retiendra particulièrement la véritable impression d’ensemble qui s’en dégage, soulignant un engagement commun et partagé des musiciens. Annonçant la conclusion, ‘Into your Hands’ mêle des voix fantomatiques à des tintements de verre avant de basculer dans la violence de ‘Crush the Serpent’s Head’.

Finalement, il semble que Voluntary Mortification réussisse plutôt bien son projet de concept album. Si l’on adhère aux idées religieuses que portent les musiciens, « Suffer to Rise » propose une mise en musique du récit biblique vu et revu des étapes que les âmes traversent dans les enfers ; et si l’on n’y adhère pas, cela reste un bon album de Deathcore aux thématiques parfaitement en accord avec ce qu’on trouve généralement dans le genre.