Chroniques

Stone Temple Pilots
Shades Of God
Journaliste

STONE TEMPLE PILOTS

«Dans l'absolu on peut affirmer que ce nouvel album de Stone Temple Pilots est une vraie réussite»

12 titres
Rock
Durée: 48 mn
Sortie le 16/03/2018
6064 vues
RHINO

Qui aurait parié la moindre pièce sur un nouvel album de Stone Temple Pilots il y a encore un an ? Pas grand monde soyons honnêtes. Et pourtant, malgré les tragiques disparitions du charismatique Scott Weiland et de son successeur (le temps d'un EP), Chester Bennington, les Américains sont là et bien là avec une nouvelle oeuvre sobrement baptisée 'Stone Temple Pilots' à l'image de l'opus de 2010. Un album marqué par l'arrivée d'un nouveau chanteur en la personne de Jeff Gutt, ancien candidat de The X-Factor et ex-chanteur du groupe de Néo Metal, Dry Cell.

Il y en a des choses à raconter sur Stone Temple Pilots, la vie du groupe aura été pour le moins mouvementée : split, reformation, mise à l'écart de Weiland, intérim de Bennington et bien plus encore. Mais c'est aussi cela le Rock N'Roll, une vie animée, un destin peu commun qui conduit les groupes à la fois vers les sommets et les abysses. Si S.T.P. a été au début des années 90 très Grunge, voire Heavy Rock, dans son approche musical, la seconde partie de sa carrière a été de manière générale plus Rock et légère. Ce nouvel album est une sorte de mixe de ces deux époques en mélangeant habilement l'énergie des débuts ('Roll Me Under') avec les parties mélodiques plus récentes ('Never Enough'), le tout accompagné d'une bonne dose de groove ('Good Shoes'), histoire de donner du corps aux compositions. En un peu moins de 50 minutes, Stone Temple Pilots démontre qu'il n'a rien perdu de sa superbe et encore moins de sa capacité à composer des titres accrocheurs dont les refrains restent en tête bien longtemps après l'écoute. Que ce soit 'Meadow', 'Middle Of Nowhere' en ouverture ou le sublime et hypnotique 'Just A Little Lie', les Américains enchainent les hits savoureux, à la fois Rock et Grunge sans jamais la moindre fausse note. Une musique douce et dure à la fois, qui alterne les émotions, renvoyant parfois à une époque où MTV faisait sa loi et que les disques se vendaient par millions. On constate un Stone Temple Pilots bien dans ses baskets, plus inspiré que jamais, qui a de l'énergie à revendre.

Si la performance de Jeff Gutt est évidemment suivie de près, on s'aperçoit vite que le poste lui va à merveille, il suffit de jeter une oreille sur 'Six Eight' ou 'Thought She'd Be Mine' pour en être convaincu. Le chanteur nous montre ici l'étendu de son talent et de sa palette vocale en passant d'un chant puissant sur le premier pour ensuite enchaîner avec des notes plus longues sur le deuxième, le tout avec aisance et beaucoup de personnalité.

Dans l'absolu on peut affirmer que ce nouvel album de Stone Temple Pilots est une vraie réussite et que malgré ses influences passées, il n'a rien d'un retour en arrière, on sent vraiment un groupe tourné vers l'avenir. Les frères DeLeo ont fait une belle affaire en prenant Jeff Gutt, et s'ouvre une nouvelle vie, une de plus serait-on tenté de dire, c'est probablement le meilleur moyen de lutter contre la mort.