Ain't Always Easy
The Effigy
Journaliste (Belgique)

STONE BROKEN

«Stone Broken nous revient avec un album influencé par Nikelback, à vous de voir si vous y adhérez !»

11 titres
Metal
Durée: 41 mn
Sortie le 02/03/2018
6849 vues
Stone Broken est né à Walsall en Angleterre sous l'impulsion de Rich Moss. Alors qu'il s'est tenu loin de la musique pendant plus de quatre années suite au décès d'un membre de son précédent groupe, Rich est rattrapé par l'envie de créer et s'associe dès 2013 au guitariste Chris Davis, à la bassiste Kieron Conroy et à son ami le batteur Robyn Haycock. La première parution discographique est un e.p. auto-produit « The Crow Flies » qui s'écoule bien lors des concerts du groupe. En 2016, malgré que le groupe soit toujours en auto-production, le premier album « All In Time » fait un véritable buzz grâce au bouche à oreille et Kerrang Radio ainsi que Planet Rock affichent clairement leurs soutiens. Stone Broken quadrille alors l'Europe et enregistre son deuxième album « Ain't Always Easy » qui cette fois sort sur un label bien connu ; Spinefarm Records.

Première avec « Anyone » et déjà nous sentons venir le sentiment mitigé. En effet, commencer l'album avec le titre racoleur par excellence laisse perplexe. Un slow typé totalement radio américaine avec un nombre d'influences Nickelback annonce donc un album qui se voudrait d'après les membres du groupe plus influencé par Black Stone Cherry, Alter Bridge où encore Theory Of A Deadman. Aucun des trois précités ne semble pourtant apparaître là où tout l'album donne une impression d'une copie d'un NickelBack, certes bien fait mais sans personnalité.

« Doesn't Matter » légèrement plus énergique va confirmer la fabrication de hits pour radios américaines. Le refrain est mélodieux à souhait et le morceau passe bien malgré tout. En laissant tomber certains a priori nous pouvons reconnaître une belle qualité de composition. Roulement de caisse claire et rythme un peu plus saccadé pour « Follow Me ». Pas à dire, le groupe écrit des refrains pour faire chanter le peuple. Sur l'ensemble malgré le côté racoleur, nous avons ici de bons riffs et une chouette partie rythmique qui apporte une qualité autre que radiophonique au morceau.

Un battement de coeur pas vraiment aligné au rythme de « HeartBeat Away » se fait entendre avec l'enchaînement d'un tempo un peu plus élevé doté d'une basse redondante. Sur la longueur, le titre est lassant et ne réveille pas vraiment l'intérêt de votre serviteur. Il en sera de même pour le suivant, un « Home » qui malheureusement ne donne qu'un bien piètre slow tout à fait banal. N'est pas Def Leppard qui veut et jongler avec la mièvrerie n'est pas toujours aussi simple qu'il n'y parait. Si Def Leppard est au top pour réussir ce jeu, nous percevons l'effort ici mais pour un résultat cent fois en dessous.

Retour sur une entrée bien rock. « I Believe » bien que plus classique accroche assez rapidement l'auditeur. Le morceau est un bon hard rock américanisé doté d'une chouette mélodie sur un rythme carré. « Just a Memory » renforce le son de l'album. Un peu groove, certains riffs plus costauds, une modernité d'exécution et la patte mélodique traditionnelle du groupe en fait un morceau qui passe bien. On apprécie notamment le break malgré sa simplicité, mais ça gratte bien et ça fait plaisir.

Plus lourd, « Let Me See It All » osera même une petite touche Alice In Chains rappelant par la même occasion le Kiss de l'album Carnival Of Soul. La sonorité du solo confirme d'ailleurs ce sentiment. L'ambiance est bien celle recherchée. Accélération du tempo avec « Other Side Of Me ». Si le refrain est toujours de qualité mélodieuse, le groupe ne réussi pas vraiment à être intéressant pour le reste. Le titre est loin d'être désagréable mais tombe assez rapidement à plat.

Nous voici de retour dans le plus soft avec « The Only Thing I Need ». Dans l'ensemble bien composé, l'on ne peut s'empêcher de sentir à plein nez que le groupe cherche un hit à tout prix. Nous imaginons d'ailleurs sans peine une adhésion de la part des radios rock qui prisent ce genre de morceau. Pour nous quitter, le groupe revient à plus dur. « Worth Fighting For » dispose de bons couplets bien rentre dedans et d'un refrain toujours accrocheur. C'est donc avec une chanson bien appréciable que nous sortons de cet album qui laisse un sentiment plus que mitigé.

Stone Broken pourra sans peine trouver un public avec ce nouvel album. Dans l'ensemble, tout se laisse écouter. Personnellement le coeur n'y était pas vraiment à cause de ce racolage évident du plus grand nombre. Si toutefois la musique pratiquée par le groupe est réellement ce qu'ils aiment, aucune raison de mal les juger. Le principe restant qu'un musicien ne soit pas vendu mais reste fidèle à ses propres envies. N'empêche qu'il serait bon pour le groupe d'affirmer une personnalité un peu plus conséquente pour pouvoir prétendre au statut qu'il aimerait atteindre. Pas impérissable mais pas non plus à jeter. Je vous laisse le soin d'avoir votre propre avis, c'est toujours le mieux. Ain't Always Easy