The Altstadt Abyss
Enora
Journaliste

STEORRAH

«« The Altstadt Abyss », Steorrah ne cesse d'ouvrir des portes sur des royaumes, aperçus soignés d'un univers qu'on devine titanesque et que l'auditeur passionné saura prendre le temps de découvrir par lui-même»

7 titres
Progressive Death Metal
Durée: 51 mn
Sortie le 16/11/2018
1497 vues

Steorrah est un groupe allemand de Progressive Death Metal formé en 2010 et qui nous présente aujourd'hui son troisième album après « An Eroticism In Murder » paru en 2010 et « II : Thin White Paint » en 2015. Entre temps, le live-album « Nocturnal Emission » de 2016 a permis aux fans du genre de patienter pour « The Altstadt Abyss », qui se révèle être un bijou de technicité et d'intelligence.

Au-delà du très beau titre du premier morceau de cet album, ‘The Silver Apples Of The Moon', ce qui marque le plus les esprits est sans doute l'incroyable capacité de Steorrah à faire d'un riff de guitare qui peut sembler dissonant et purement expérimental au premier abord un fil directeur d'une grande intelligence pour toute la composition. Les ambiances se succèdent, parfois de manière un peu abrupte, et nous emportent à toute allure au dessus de l'univers du groupe, à la manière des oiseaux prenant de l'altitude pour s'offrir un point de vue global et une position dominante sur le monde qu'ils peuvent ensuite juger. La batterie de Christian Schmidt prend ensuite l'ascendant avec ‘Sea Foam Empyrean' qui lui permet de déployer ses talents avec nuance, tantôt fulgurant de rapidité, tantôt lancinant et en harmonie avec la basse de Raoul Zillani, sous les screams profonds du frontman qui impressionne également par sa maîtrise et son calme. Et comment ne pas se régaler du passage au piano qui nous est offert par le batteur de Steorrah ?

‘Saturnalia For Posterity' est la preuve, s'il en fallait, que le groupe est réellement attaché à la complexité propre au Progressive Death Metal tant la chanson semble avoir été composée avec un soin d'orfèvre pour n'en délivrer que la version la plus aboutie à l'auditeur, qui saura sans aucun doute apprécier l'engagement des musiciens. Arrive ensuite un moment relativement surprenant avec ‘Wolves and Seagulls' en raison de son côté très solennel, renforcé par l'usage de choeurs vocaux en chant clair et d'une ligne musicale minimaliste et épurée qui s'achève sur un passage quasi-religieux. Avec une certaine subtilité, Steorrah nous emporte vers quelque chose de plus agressif mais toujours très mélodique avec ‘Where My Vessel Dwells' où les guitares semblent répondre au scream d'Andreas März, le tout dans une ambiance orientalisante.

Le groupe nous offre un nouveau moment de grâce avec ‘Spheroid Nine', un titre au piano de toute beauté où la tension croît lentement, parallèlement à la majesté, jusqu'à ce que toutes deux atteignent leur paroxysme en un moment intense et frénétique durant lequel l'auditeur perd toute notion de lieu et de temps, bercé par tant de talent ! On ne saurait que trop remercier les musiciens du groupe d'avoir pris le temps de proposer un morceau uniquement au piano. Enfin, les amateurs de groupes vraiment audacieux et prêts à tout explorer trouveront leur bonheur avec le titre éponyme sur lequel s'achève cet album dans une atmosphère des plus étranges mais aussi des plus créative tout en restant humble. Steorrah démontre son génie, son plaisir d'innover et le partage avec l'auditeur attentif et patient qui sait se consacrer pleinement à l'écoute d'un album.

« The Altstadt Abyss » est un très bon album de Progressive Death Metal à travers lequel Steorrah ne cesse d'ouvrir des portes sur des royaumes, aperçus soignés d'un univers qu'on devine titanesque et que l'auditeur passionné saura prendre le temps de découvrir par lui-même.


STEORRAH
Plus d'infos sur STEORRAH
Progressive Death Metal