Steeping Corporeal Mess
Julien Pingenot
Journaliste

FETID

«Avec ce ''Steeping Corporeal Mess'', Fetid nous offre un death crade, gore et super efficace qui plaira aux amateurs du genre !»

5 titres
Durée: 32 mn
Sortie le 07/06/2019
1635 vues
Fetid est un tout jeune groupe de Death Metal américain, originaire de Washington et d'Oregon. Le groupe sort en 2017 sa première démo « Sentient Pile of Amorphous Rot » qui fut bien accueillit tant niveau critique que public et qui nous laissait miroiter sur ce que pourrait être leur premier full-length. Il nous aura fallu attendre deux ans pour que « Steeping Corporeal Mess » sorte, et bon dieu, la claque !


FETID fait parti de ces groupes de Death qui se fout de la technique, non avec FETID, tout sonne sale, gras et menaçant. On pourrait les rapprocher de groupe comme Undergang, Krypts voire les légendaire Autopsy. Avec ce premier album, FETID nous propose cinq nouveaux morceaux dans la veine de leur démo, mais ne se sont pas contenté que de cela. En effet, les ambiances sont vraiment plus travaillées et les compositions réellement plus ambitieuses, le dernier morceau «  Drapped In What Was » fait quasiment neuf minutes par exemple. Alors même si au final, on se retrouve avec une galette d'un peu plus d'une demi-heure, on ne peut se plaindre tant ce qui nous est servi est qualitatif.

Le disque commence par « Reeking Within » qui pose toutes les bases de ce que sera faites cette demi-heure. Chaque riff est suivi d'une descente d'organes, la voix gutturale est bien dégueu et les rythmiques mid-tempo tout simplement pachydermiques. Mais ce qui fait la lourdeur de cet album c'est aussi la production, elle étouffe un peu tout les instruments mais cela donne un côté monolithique à l'album et apporte un côté vraiment sale et RAW aux morceaux, on pourrait le rapprocher du son des groupes de Death Suédois qui utilisent la fameuse pédale BOSS HM-2.

Au travers de ces cinq nouvelles compositions, FETID réussi à garder une cohérence et une constance entre chaque morceaux, chaque morceau a son moment de gloire qui nous décrochera un headbang (plus ou moins rapide selon les passages). La cohérence est aussi à voir avec l'artwork, en effet, pour une fois la pochette est en parfaite adéquation avec la musique, on se retrouve dans cet espèce de boyau visqueux, en décrépitude totale, à ne pas savoir trop ce que c'est ni ce qui nous arrive.

Au premiers abords, les morceaux peuvent paraître tous se ressembler, notamment dû à la production et au mix qui écrase un peu tout. Mais quand, on prête une oreille plus attentive, on se rend vite compte de la complexité et la cohérence des compositions.

Même si, FETID est un poil cliché et n'innove en rien, il se permet quand même quelques petites folies comme l'intro éléctro de « Drapped In What Was » qui fait musique de film d'horreur à petit budget, et qui apporte un véritable cachet au morceau et à l'ambiance gore et malsaine de l'album. Un autre élément vraiment bon sont ces petites envolées aigus à la fin des riffs. Certes FETID ne sont pas les premiers à le faire mais cela ajoute vraiment un plus aux morceaux en leur donnant ce côté effrayant et imprévisible comme dans «  Cranial Liquescent » par exemple.

Pour finir, cette première offre de FETID est une véritable réussite, certes ils ne cherchent pas à révolutionner le style mais c'est ultra efficace et vraiment jouissif, et la réécoute est vraiment un plaisir à chaque fois.