Spirits of Fire
Fred H
Journaliste

SPIRITS OF FIRE

«Hard Heavy / power metal mélodique « classique de chez classique » mais très bien ficelé et varié offert par des membres (ou ex) de Judas Priest, Savatage, Testament et Fates Warning»

11 titres
Metal
Durée: 62'54 mn
Sortie le 22/02/2019
2375 vues

A peine quelques petites semaines après la sortie de son projet The Three Tremors (avec notamment les hurleurs Sean ''The Hell Destroyer'' Peck et Harry ''The Tyrant'' Conklin), le sieur Tim ''Ripper'' Owens (ex-...Judas Priest, Iced Earth et tellement d'autres) fait déjà reparler de lui. Pour ce nouveau combo (et le disque du même nom qui va avec), baptisé Spirits Of Fire, l'américain vocaliste s'est accoquiné avec le bassiste Steve DiGiorgio (Testament, Death, Sebastian Bach, Charred Walls Of The Damned), le frappeur de fûts Mark Zonder (Fates Warning, Warlord) et le guitariste Chris Caffery (Savatage, Trans-Siberian Orchestra).

Dixit ledit sixcordiste, l'idée était de composer et proposer des morceaux que les fans des groupes précédemment cités pourraient aimer mais qui auraient également une/leur vraie personnalité. Sans grande surprise donc (en même temps on nous avait prévenus), on est effectivement face à des compos qui rappellent ces formations majeures. On a donc le droit à des rythmiques de tueurs et des soli de grattes assénés avec coeur ('Light Speed Marching', 'The Path'). Caffery sait y faire dans le genre riffs accrocheurs et descentes de manches rapides. Vous voulez du bon gros métal ? Du pur, du brut, du bien épique ? Il y en a (l'enflammé 'Stand And Fight'). Vous voulez des sonorités Priestiennes ? Il y en a … aussi ('All Comes Together', 'Meet Your End'). La quatre-cordes de DiGiorgio et la batterie de Zonder sont solides et bien équilibrées avec les autres protagonistes grâce au mix/mastering du célèbre producteur Roy ''Z'' Ramirez (Bruce Dickinson, Tribe Of Gypsies).

Owens est lui aussi en grande forme. Sa palette vocale reste impressionnante et ici assez large et diversifiée. Son débit se fait très peu « mitraillette » (sauf dans certaines parties de 'Temple Of The Soul'). Il évolue surtout dans des phrasés qui s'apparentent à ceux de Rob ''Iron God'' Halford (la piste éponyme). Bizarre bizarre !. Comme ce n'est pas étrange. Il est assez intéressant de le voir livrer des lignes de chants plus posées ('A Game', 'Never To Return'). C'est plutôt agréable (et bienvenue) quand il ne donne pas dans le criard à outrance et de manière systématique. D'ailleurs pour contre balancer des pistes plutôt rapides et puissantes, le (super) groupe propose des moments plus un style Hard Heavy et y incorpore avec malice une rasade de guitare acoustique ('It's Everywhere'). Le quatuor livre même une power ballade pas dégueu du tout ('Alone In The Darkness').

Ce premier méfait de Spirits Of Fire est un album de Hard Rock / power metal mélodique que l'on peut qualifier de « classique de chez classique ». Malgré tout, c'est plutôt très bien ficelé et reconnaissons à cette brochette de zicos de haut calibre la volonté de s'essayer à un registre ouvert tout en conservant les codes du genre. Dès lors, rien ne s'oppose à ce que nous attisions les bonnes braises de ses esprits du feu.