SOREN ANDERSEN
Plus d'infos sur SOREN ANDERSEN
Hard rock instrumental, guitare

Guilty Pleasures
Laurent Sage
Journaliste

SOREN ANDERSEN

«Il y a des plaisirs auxquels il est difficile de résister. Un album de guitare rafraîchissant et que vous pouvez consommer sans retenue. Il n'y a pas de mal à se faire du bien.»

10 titres
Hard rock instrumental, guitare
Durée: 46 mn
1989 vues
Dans le clan des guitar heroes, il va falloir conter avec le danois Soren Andersen. Ce brillant artiste de 46 ans est co-propriétaire du Medley Studio à Copenhague, guitariste de Glenn Hughes ( nouveau membre des Dead Daisies) et producteur du dernier album ''Resonate'' (mon petit doigt me dit qu'il officie aussi avec les Thundermother sur le futur prochain album).
Ambassadeur pour Yamaha guitars et TC Electronics, il a aussi travaillé avec ''quelques'' artistes tels que Mike tramp, Marco Mendoza et Tommy Aldridge, Pretty Maids, Phil Campbell, Artillery, Eric Martin et Billy Sheehan……. Une liste longue comme le bras.

Il est adoubé par Mr Joe Satriani en personne, qui, après écoute de l'album ''Resonate'' a déclaré : Le guitariste est quelqu'un que je ne connais pas , qui est aussi le co-producteur et, mec, il est si bon ! Son choix de notes est intéressant; chaque fois que j'écoute l'album je me dis '' Hey, je n'ai jamais entendu ça avant''. Voilà de quoi situer le niveau guitaristique du personnage.

Quelques pointures sont venues participer à la fête : Glenn Hughes, Chad Smith, Marco Mendoza, Dane Ida Nielsen (Prince)….

Il s'agit là d'un album dédié à la guitare, vous l'aurez compris, un album sans paroles, instrumental mais plein de fraîcheur. Soren n'aligne pas les notes en étalant toute sa technique mais propose des morceaux aux ambiances différentes et nous en met quand même plein la vue. Enfin, les oreilles devrais-je dire. S'il est indéniable qu'il possède une grande technique ( utilisation du vibrato, du sweeping, tapping, chokes et autres techniques), il met toujours celle-ci au service du morceau.

Le premier titre sorti pour promouvoir l'album, et tourné dans les rues de L.A ‘City of Angels' nous rappelle Joe Satriani et son ‘Surfing With the Alien'. Morceau instrumental mais qui, sans parole, arrive à nous faire headbanger parce que le riff est joyeux, entraînant et le solo hyper mélodique.
‘The Kid', plus heavy, nous rappelle qu'il n'y a pas que Steve Vai qui sait utiliser le vibrato. ‘Satori' beaucoup plus ''planant'' montre une autre facette de son talent : moins de notes, plus de feeling. Relaxant.
‘Skybar', son intro à la basse slappée, un riff ''satrianien'', ça groove, des phrasés entraînants; fort, très fort.
‘ Bipolar' clôt l'album et porte bien son titre : des guitares rageuses opposées à des parties plus aériennes qui prouvent que sieur Andersen est capable de tout.

Il y a bien longtemps qu'un album instrumental n'avait apporté autant de plaisir à l'écoute, tant le soin apporté aux compositions nous donne du plaisir car il ne s'agit pas uniquement de démonstration mais aussi et surtout de feeling. Un grand bravo pour perpétuer ce genre si difficile d'accès parfois.

Et bravo pour le petit clin d'oeil : Parental advisory : explicit guitars !