Sorcier Des Glaces
Antares Bauglir
Journaliste

SORCIER DES GLACES

«Un voyage glacial de près de 50 minutes, ou le temps semble suspendu. Une pure merveille.»

1 titres
Black Metal
Durée: 50 mn
Sortie le 15/09/2018
1986 vues
OBSCURE ABHORRENCE
C'est avec un peu (beaucoup) de retard que voit le jour cette chronique du dernier opus de Sorcier Des Glaces. Réparons donc au plus vite cette grossière erreur, car cet album a du potentiel !

Ce duo est originaire du Québec et est composé de Sorcier Des Glaces au chant, guitare, basse et composition et de Luc Gaulin à la batterie et aux percussions. Le groupe a plus de vingt ans d'existence et sort en cette année 2018 son septième album.

Parmis les influences du duo, on retrouve de grands noms du black norvégien : Mayhem, Darkthrone, Ulver, Satyricon, Immortal pour ne citer qu'eux, mais également Samael, Dissection et Necrophobic. Les musiciens définissent leur musique comme « cold primitive metal » (metal froid et primitif pour les non anglophones) et c'est exactement ce qui transparait à l'écoute de cet opus.

La plongée dans l'univers de Sorcier Des Glaces se fait de manière brutale, puisqu'il n'y a qu'une seule piste de 50 minutes. Une véritable experience sensorielle qui fait baisser la température tout autour ! Je parlerais donc ici en minute (exemple : 15:00 pour quinze minutes) afin d'étayer mes propos. Mais à mon sens, il est bien évidemment plus interessant d'appréhender cette pièce dans son ensemble afin de s'immerger complètement dans l'univers de Sorcier Des Glaces. Et croyez-moi, ces 50 minutes valent largement le coup !

Passé la sublime introduction atmosphérique rythmée au son du vent et d'arpèges à la guitare sèche, cette grande pièce musicale de presque une heure s'articule autour de plusieurs passages musicaux, tantôt agressifs, tantôt calmes, mais conservant néanmoins cette ambiance glaciale et sans espoir qui a fait la renommée des groupes cités au dessus. Certains extraits sont de simples sons de pas dans la neige, contrebalancés par une mélodie d'arpèges majeurs magnifique (19:00, 27:00) donnant une impression de tristesse et de mélancolie, propulsée ensuite par les instruments électriques soutenus par une rythmique impeccable.

Le morceau s'oriente également sur des riffs beaucoup plus traditionnels, primitifs emprunts de désolation (44:00, absolument magnifique). Les blast beats mènent cette danse infernale, ou le chant, les guitares et le rythme sont calibrés à la perfection. Cette alternance de passages calmes et plus agressifs donnent un véritable rythme au morceau et vu qu'il n'y a pas de réelle structure, il n'y a pas de sentiment de répétions. L'auditeur va de découvertes en découvertes et l'on se laisse surprendre, simplement.

Notons la présence d'interludes (dont un très beau à 36:00) permettant au morceau de reprendre son souffle sans perdre d'énergie ni de rythme.

L'utilisation de reverb revient assez souvent dans ce titre et permet d'intensifier le rendu lourd et désertique de ce voyage musical, notamment à 40:00.

Parlons du chant, qui alterne entre français et anglais, ce qui se conçoit bien lorsque l'on connait l'origine des deux musiciens. Ce sont là de vrais screams black traditionnels efficaces, donnant une belle couleur glaciale et terrifiante à cette grande pièce de presque une heure. Un côté incantatoire se fait également ressentir à 31:00 minutes, sur un passage absolument époustouflant avec quelques notes épiques. Ici, l'alternance du français et de l'anglais renforce cette ambiance maléfique et magique, lorsque ''Sorcier Des Glaces'' est scandé en français, puis secondé en anglais par des choeurs. Choeurs que l'on retrouve également en début et fin de morceau (02:00 et 48:00), pour un final tout en magnificence

Le son est bon, bien loin du vieux cliché que le Black continue de trainer derrière lui. C'est net et tous les instruments sont bien pondérés pour un retour à l'oreille clair et spectaculaire.

Pour conclure, ce voyage au coeur des pays froids est d'une beauté rare, car l'ensemble est d'une justesse impeccable. Malgré ses 50 minutes, ce morceau ne s'essouffle jamais et garde un rythme efficace où l'on ne s'ennuie pas. Le tout donne une impression d'errer en terres glacées et arides, ou l'on côtoie la mort à chaque instant et ou la mélancolie prime sur la lumière.
SORCIER DES GLACES
Plus d'infos sur SORCIER DES GLACES
Black Metal