SMITH/KOTZEN
Plus d'infos sur SMITH/KOTZEN
Hard Rock

Smith/Kotzen
Fred H
Journaliste

SMITH/KOTZEN

«Avec ce premier album éponyme, la paire Adrian Smith et Richie Kotzen fait mouche. Rien à redire, du très très bel ouvrage. La grande classe.»

9 titres
Hard Rock
Durée: 41 min 43 mn
Sortie le 26/03/2021
674 vues
BMG (R)
Si vous appréciez le hard rock, vous connaissez forcément les guitaristes-chanteurs Adrian Smith et Richie Kotzen. Hormis une escapade en solo lors des 90’s (ASaP, Psycho Motel), le premier de ces messieurs est évidement indissociable du combo Iron Maiden. Compositeur de plusieurs classiques des anglais ('Wasted Years', 'Stranger in a Strange Land', ou encore 'Moonchild'), il affiche plus de trente ans (cumulés) de bons et loyaux services pour la vierge de fer. Pas en reste, le second lascar a lui à son actif une vingtaine de skeuds en solitaire et plusieurs collaborations ici et là. Ce sont surtout ses passages dans Poison puis Mr. Big ainsi que ses trois opus avec son groupe The Winery Dogs (avec Billy Sheehan et Mike Portnoy) que l’on cite en références.

L’an passé, les deux amis ont décidé de s’associer officiellement pour un projet et un disque éponymes. Totalement impliqués, nos compères se sont chargés de la production, de la co-écriture des morceaux, des vocaux, des guitares (sans déconner), et de la basse (aucunement délaissée sur cette rondelle). Multi-instrumentiste, Richie s’est même gardé la batterie sur cinq pistes. Pour ce premier effort en commun, le duo évoque un « processus d’écriture très fluide » où chacun a pu proposer à l’autre un riff, une mélodie, une ligne vocale, des paroles, dans une bienveillance réciproque. En gros, « J’ai une idée, je te la montre » et on voit sur quoi ça débouche.

Nos deux têtes pensantes partageant l’amour du classic rock hard typé 70’s, on ne s’étonne pas d’entendre ces saintes inspirations sur les deux premières plages ouvreuses (les accrocheurs 'Taking My Chances' et 'Running'). Nos deux pointures poursuivent avec des perles un peu plus tranquilles - mais toujours aussi addictives – en injectant d’autres influences telles que le blues (le plus sombre 'Scars'), le R&B (le contagieux 'Some People') et un rien de Country rock ('Glory Road').

Enregistré aux îles Turques-et-Caïques (petit coin de paradis situé au carrefour des Bahamas, de Cuba et d'Haïti) en février 2020, juste avant l’arrivée du Covid-19, ce « Smith / Kotzen » a été mixé par Kevin « Caveman » Shirley (sommité dans le milieu de la production qui a bossé avec Iron Maiden, Journey, The Black Crowes, Joe Bonamassa, et bien d’autres). Le résultat final est propre, léché, et des plus moderne. Qu’il s’agisse des voix (bien chaudes), des instruments, ou des nombreux détails d’arrangements proposés, tout est équilibré et soigné.

Pour les dernières plages, on retrouve en soutien derrière les futs deux acolytes aux blases familiers. D’abord, mister Nicko McBrain, compagnon de Smith chez qui vous savez, nous apporte sa frappe dynamique à une composition bien énergique ('Solar Fire'). Ensuite, c’est le gars Tal Bergman, partenaire de tournée de Kotzen, qui vient offrir pour trois chansons sa palette extra large (il a œuvré avec Rod Stewart, Sammy Hagar, Joe Bonamassa ou Billy Idol) au binôme britannico-américain. Ici encore, Adrian et Richie se complètent parfaitement, que ce soient aux chants et – of course - dans les échanges de six-cordes ('You Don't Know Me' et ses soli en enfilade, la rêverie bluesy 'I Wanna Stay', l’entrainant et monstrueux ''Til Tomorrow').

Avec ce premier album éponyme, la paire Adrian Smith et Richie Kotzen fait mouche. Rien à redire, du très très bel ouvrage. La grande classe.