PESSIMIST
Plus d'infos sur PESSIMIST
Brutal Death/Black Metal

Slaughtering the Faithful
Anibal BERITH
Journaliste

PESSIMIST

9 titres
Brutal Death/Black Metal
Durée: 36 mn
Sortie le 31/10/2015
3903 vues
Lorsque j'ai reçu le fichier PESSIMIST, je ne m'attendais pas à écouter ce que j'ai écouté ! Tout bonnement une agréable surprise en tant que passionné de Brutal Death Metal. L'album que je vous présente ici intitulé « Slaughtering The Faithful » est en fait une réédition de l'original sorti en 2002 avec en bonus track quelques titres en live. Alors faisons un peu d'histoire afin de resituer ce groupe qui a splitté en 2009 et qui s'est reformé en 2014 avec le guitariste et le batteur d'origine à savoir respectivement Kelly Mclauchlin et Chris Pernia.

Originaire de Baltimore, Maryland (Etats-Unis), PESSIMIST voit le jour en 1993 et se fait remarquer sur la scène Metal américaine en faisant les 1ères parties de DEICIDE, SUFFOCATION et INCANTATION et sur la scène européenne en tournant avec CANNIBAL CORPSE, TESTAMENT, NILE, DARK FUNERAL, MORBID ANGEL ou encore IMMOLATION. Trois albums vont naître de cette association brutalissime : « Cult Of The Initiated » en 1997, « Blood For Me Gods » en 1999 et « Slaughtering The Faithful » en 2002 réédité pour Halloween 2015 chez Obscure Musick. Aux 2 membres d'origine s'ajoutent William Hayden à la seconde guitare, Kelly Conlon derrière les fûts et Ivan « The Evil One » Alison au « death growl ». Le groupe ainsi reformé travaille sur un nouvel album « Keys To The Underworld » et a eu l'intelligence de renouer avec le public et se refaire connaître en rééditant leurs 3 albums. C'est donc le dernier Full-length qui a été choisi pour relancer la machine (les 2 autres seront réédités en mars 2016 pour le 1er et en septembre 2016 pour le 2d). Produit par Erik Rutan (HATE ETERNAL et ex MORBID ANGEL) et masterisé par Juan « Punchy » Gonzalez (ingénieur son sur les live de MORBID ANGEL et NILE), cet opus est un défourailleur de cervelle tellement ça bastonne.

Les thèmes du combo américain étant les ténèbres, le meurtre et le blasphème, que c'est avec une brutalité sans nom et une violence inouïe que PESSIMIST déverse sa colère faisant passer CANNIBAL CORPSE pour des enfants de choeurs ! Après une courte intro (29''), « Requiem », jouée tout simplement à la guitare, c'est par le titre éponyme « Slaughtering The Faithful » que les hostilités démarrent et ne temporiseront pas une seule seconde tout au long des 36 minutes de la galette. Dès les 1ers riffs, c'est extrêmement brutal. Ils sont gras, lourds joués très rapidement avec une technique irréprochable. Le son est saturé à mort créant une ambiance macabre. Chris Pernia assène ses blasts secs, ultra rapides et dévastateurs comme une mitrailleuse détruirait son ennemi ne lui laissant aucune chance de survie ! Ivan va chercher ses growls si profondément qu'ils ressortent lourds, gras, obscures vous mettant un coup de poing dans la tronche (quand j'écris çà, je pense à l'artwork de « Vulgar Display Of Power » de PANTERA) ! Les soli des 2 gratteux se renvoyant la balle sont clairement bien orchestrés et bien positionnés dans toute cette violence sonore.

Un seul bémol, certainement dû à la production, on n'entend très peu la basse sauf sur les 2 derniers morceaux ; en courte intro sur « Embodiment Of Impurity » et en court intermède sur « Stripped Of Immortality » qui se veut plus lourd et caverneux. Tous les autres titres tabassent comme le titre éponyme sans jamais laisser l'auditeur reprendre son souffle. Une véritable boucherie à l'état pure délivrée dans un Brutal Death Metal bien moyen-âgeux !

On notera sur « Summoned To Suffer », « Infernal Abyss » et « Embodiment Of Impurity » un effet de double voix avec le guitariste Kelly Mclauchlin en « back voice » conférant ainsi au chant principal et au titre une atmosphère satanique affirmée. « Resurrected Torment », Baptized In Blasphemy », « Metempsychosis » et « Embodiment Of Impurity » sont encore un cran au-dessus en matière de brutalité. Ca dépasse l'entendement.

Au delà du côté sinistre et blasphématoire de chacune des compositions, celles là ont pour but de trancher dans le vif et dépecer l'auditeur à coups de riffs assassins distordus, d'effets asynchrones dérangeants, de blasts méga speed et de death growls démoniaques. En remettant au goût du jour cet album datant 2002, PESSIMIST réussi un coup de maître. Cet opus avant-gardiste et extrêmement brutal de Death Metal renouera sans aucun doute avec les fans, préparant ainsi la sortie du prochain album. Les américains se font donc (re)connaître avec leur style violent et sans concession pour revenir sur le devant de la scène parmi les plus grands.