IRON SAVIOR
Plus d'infos sur IRON SAVIOR
Speed/Power Metal
Chroniques

Skycrest
Fred H
Journaliste

IRON SAVIOR

«Rien de nouveau mais suffisamment de bonnes choses pour figurer sans honte dans nos CD-thèques aux côtés des autres œuvres plutôt respectables du quatuor»

12 titres
Speed/Power Metal
Durée: 56 min 27 mn
Sortie le 04/12/2020
704 vues
Vingt et un mois, voilà le temps qui aura fallu pour voir le retour d’Iron Savior. Pourtant, début 2020, les choses s’annonçaient plutôt mal pour le combo teuton. Juste avant le premier confinement mondial, le bassiste du groupe Jan-Sören Eckert se voyait diagnostiqué d’une saloperie de cancer. La tuile. Finalement, après une intervention chirurgicale et plusieurs mois de chimiothérapie, il semble que tout cela soit derrière lui. On respire.

Ébranlée mais toujours debout après ce récent écueil, la formation originaire d’Hambourg s’en revient donc avec son onzième effort studio nommé « Skycrest ». Sans surprise, nos lascars restent fidèles au power metal frontal made in Germany qu’ils pratiquent depuis plus de deux décennies. Tous les fondamentaux du genre sont là. On sort la check list et on coche. Des compositions carrées et énergiques (le contagieux 'There Can Be Only One'), c’est là. Une double grosse caisse de batterie en mode galop ('Our Time Has Come', le furieux 'Silver Bullet'), tout bon. Des soli de grattes speedés et défouraillés en enfilade ('Hellbreaker'), ok aussi. Des lignes de chant bien mélodiques ('Welcome To The New World', 'End Of The Rainbow'), check. Des refrains fédérateurs et aisément mémorisables pour être scander à l’envie par l’auditoire ('Souleater' et ses ho ho hoho entrainants), présents. Des chœurs puissants, das ist gut. Des paroles un rien cliché ('Raise The Flag' dédié à la gloire du dieu Heavy Metal et à ses partisans), bien sûr. Une power ballade, comment donc que c’est là ! Une production maousse, bah tiens. Bref, tout le toutim.
Certes, on a déjà entendu tout ça un nombre incalculable de fois. Oui, le successeur de « Kill Or Get Killed » reste en chemin balisé et assez « classique » soyons honnête. Malgré tout, c’est bien fait, musclé pour ne pas dire viril et finalement plutôt efficace. Le gang qui a eu le compositeur-guitariste-hurleur Kai Hansen (Gamma Ray, Helloween) dans ses rangs durant des premiers temps possède un vrai savoir-faire dans le registre des morceaux aux riffs tueurs imparables (la piste éponyme, le rageur 'Ode To The Brave'). Les titres s’enchainent sans lassitude. Toujours à la tête de nos vétérans germains, le vocaliste-gratteux Piet Sielck fait le job avec son grain rageur un brin éraillé par moments.

En complément de toutes ces balles explosives, n’oublions pas de mentionner l’unique et vraiment chouette power ballade de l’opus ('Ease Your Pain' et ses nappes de claviers discrets) chantée par Jan-Sören Eckert. Seul en lead derrière le micro, le praticien de la 4-cordes se fait ici sensible avec une prestation vocale pour le moins délicate et habitée. Bien joué.

Basé sur une formule bien éprouvée, ce « Skycrest » n’apporte rien de vraiment nouveau. Pourtant, ce disque recèle suffisamment de bonnes choses qu’il peut figurer sans honte dans nos CD-thèques aux côtés des autres œuvres plutôt respectables du quatuor. Une fois encore, les personnes qui apprécient le power metal allemand aimeront et ceux pour qui ce style n’est pas leur came musicale passeront leurs chemins.