THE LION'S DAUGHTER
Plus d'infos sur THE LION'S DAUGHTER
Progressive/Blackened Sludge Metal
Chroniques

Skin Show
Julie Legrand
Journaliste

THE LION'S DAUGHTER

« Un voyage malsain au coeur de l'Amérique des années 70 ; The Lion's Daughter confirme le virage musical entamé avec ''Futur Cult'' en 2018 »

10 titres
Progressive/Blackened Sludge Metal
Durée: 42 mn
Sortie le 09/04/2021
308 vues

The Lion’s Daughter est de retour avec un tout nouvel opus intitulé ‘’Skin Show’’ ! Le groupe y présente dix titres qui sont le résultat d’une fusion parfaite entre le death, le black, le doom et la synthwave. Décrit comme ‘’la bande originale de Times Square dans les années 1970’’, l’album met en musique ‘’l'épicentre du péché et des méfaits salaces ; un paradis pour le sexe, la drogue et le crime sous la lueur invitante des néons des enseignes des magasins sordides de vidéos pour adultes ; un endroit où l'on n'oserait pas marcher seul après minuit à moins d'être tenté par le diable lui-même’’.
L’idée de représenter un monde rempli de vices se retrouve tout d’abord à travers le visuel troublant de la pochette réalisé par Mothmeister, un artiste spécialisé dans la photographie des ‘’contes de fées post-mortem’’. L’image dépouillée va droit au but en exprimant les sensations que sont la peur, l’isolement et la folie. Un personnage est installé au centre de l’image, au cœur d’une pièce anormalement blanche et lumineuse. Il est vêtu de blanc, le visage masqué par du tissus, mais deux éléments en ressortent : un chapelet brisé à la place de la bouche et un crâne tenu entre ses mains. Cette première étape visuelle est une prévention pour nous les auditeurs : derrière cette image presque angélique se cachent des ténèbres impénétrables, derrière ces titres à l’allure dynamique se cachent des propos malsains.

‘’Skin Show’’ est profondément ancré dans la déviance. Il suffit de quelques secondes d’écoute pour être transporté dans une atmosphère sordide et pesante. Les titres y sont bruts et les paroles détaillent la violence sexuelle, la honte, les abus, le désespoir et la paranoïa. Un paradoxe se pose cependant : malgré des paroles perturbantes, le contenu musical reste très accessible par son côté vivant et dynamique. Du point de vue de la composition, l’album confirme l’évolution musicale entamée en 2018 avec ‘’Futur Cult’’. Le synthé garde sa place prédominante mais il se dirige vers une tendance beaucoup plus eighties. En comparaison avec l’autre album, le synthé est beaucoup plus naturel, léger et agréable.

Le talent du trio en matière de composition a donné naissance à dix pépites musicales desquelles il est difficile de choisir un favori. Chacun des dix titres présente une identité sonore riche et unique. Je vous propose donc une brève présentation de quelques titres en guise de mise en bouche !
Tout d’abord, l’album débute avec ’Become The Night’. Ce titre introductif à l’accroche pop rock nous imprègne de l’aura du lieu où sévit le vice sous toutes ses formes. Le synthé joue une musique angoissante à la touche rétro afin de nous rappeler malgré tout que nous n’y sommes pas en sécurité. Bienvenue à Time Square chers auditeurs ! L’album se poursuit ensuite avec neuf titres aux univers et aux techniques variés. Nous nous retrouvons par exemple dans une boîte de nuit lugubre aux enseignes clignotantes à travers le titre ‘Neon Teeth’. La musique possède un rythme satisfaisant et entrainant qui nous donne envie de bouger. À l’inverse, ‘Sex Trap’ cultive notre frustration avec des changements brutaux et un fade-out final qui nous laisse clairement sur notre faim. Enfin, ‘All Hell is Mine’ est un titre qui aurait presque sa place à la radio : que ce soit au niveau du rythme, de la polyvalence instrumentale ou du chant growlé type black metal, tout ce que nous y écoutons est avenant, fluide et puissant.

Je retiens uniquement du positif à propos de ce nouvel album. ‘’Skin Show’’ se compose de dix productions complètement réussies et addictives qui permettent au groupe d’exprimer clairement leur évolution musicale. Nous sommes transportés cinquante ans plus tôt aux Etats-Unis par un travail instrumental et lyrique tout bonnement admirable. Je vous invite sincèrement à savourer intégralement ce voyage musical qui vaut mille fois le coup d’être écouté !