DANZIG
Plus d'infos sur DANZIG
Heavy Metal with Doom Metal/Rock influences

Sing Elvis
Fred H
Journaliste

DANZIG

«Hormis l’écoute « par curiosité et pour voir », probable que beaucoup passeront leurs chemins sur ces croneries hommages au King du Rock N' Roll»

14 titres
Heavy Metal with Doom Metal/Rock influences
Durée: 39'28 mn
Sortie le 08/05/2020
318 vues
Quand on pense à Glenn Danzig, on l'associe instantanément au genre horror punk. Avec ses combos The Misfits (influence majeure Metallica à leur début) puis Samhain, on peut certainement avancer sans se tromper qu'il a inventé ce style. C’est de notoriété publique, notre lascar a un caractère bien trempé et il vaut mieux ne pas trop le faire chier. Le monsieur pratique muscu, boxe thaï et Jeet kune do (art martial créé par Bruce Lee) et ceux qui ont eu l’outrecuidance de s’y frotter s'y sont piqués (on peut citer quelques bastons avec des skinheads et des altercations diverses avec d’autres zicos).

On le sait aussi, l’américain voue une véritable passion pour Elvis Presley. Par le passé, et par 2 fois, avec son groupe éponyme, le garçon a déjà repris celui qui demeure aujourd'hui encore l'artiste solo qui le plus vendu dans l'histoire de la musique enregistrée ('Trouble' sur l'EP « Thrall-Demonsweatlive » de 1993 et 'Let Yourself Go' perpétrée sur l'album de covers « Skeletons » paru en 2015).

Le « Sings Elvis » commis présentement est donc un disque complet dédié à des covers des chansons originellement interprétées par le « King ». Danzig évite les trop classiques et archiconnus du « Roi » du Rock N' Roll (Point de 'Hound Dog', 'Heartbreak Hotel' ou autre 'Love Me Tender'). Les titres choisis couvrent autant les premières productions d'Elvis (2eme partie des 50's avec le label Sun Records qui à accueilli Johnny Cash et Roy Orbison), que des morceaux écrits pour les films des 60's (loin d’être tous des chefs d’œuvres) dans lesquels apparaît l’icône, ou la période seventies avec son retour sur le devant de la scène.

Globalement, Danzig donne surtout dans la croonerie tranquille ('Is It So Strange', 'First in Line', 'Love Me', etc). Tout est exécuté dans le style du plus célèbre gars de Tupelo (dans le Mississippi). Ne cherchez donc pas de sonorités Punk/Rock, il n'y en a aucune. Le natif de Lodi dans le New Jersey a décidé de nous caresser agréablement les cages à miel ('Pocket Full of Rainbows').

Hormis quelques (bien trop peu) moments Rock n' roll ('Baby Let's Play House', 'When It Rains It Really Pours'), l'étasunien balade surtout sa voix sur tout un tas de plages TRES calmes. Seules, deux ou trois pistes résonnent vraiment (et de plutôt bonne manière) dans nos esprits car popularisées par de nombreux autres musiciens qu'Elvis et surtout plus intéressantes ('Fever' ici quelque peu glaçant ou l'obsédante version de 'Always on My Mind').

Avec ce « Sing Elvis », Danzig rend hommage à son idole (disparue en 1977). Cette galette s'adresse principalement et clairement aux fans des 2 personnalités. Hormis l’écoute « par curiosité et pour voir », probable que beaucoup passeront leurs chemins.