VANDENBERG
Plus d'infos sur VANDENBERG
Hard Rock
Chroniques
2020
2020

Sin
Fred H
Journaliste

VANDENBERG

«Si vous aimez le bon hard rock mélodiques typé 80s/90s, ce serait un péché de passer à côté de ce « Sin » de Vandenberg.»

9 titres
Hard Rock
Durée: 40:54 mn
Sortie le 25/08/2023
977 vues
« 2020 », sorti la même année, marquait le retour du guitariste Adrian Vandenberg et de son projet éponyme, TRENTE-CINQ PIGES après « Alibi », son dernier disque en date sous ce blase. Pour l’accompagner, l’ex-Whistesnake avait remis les compteurs à zéro avec un tout nouveau line-up : Ronnie Romero (Lords of Black, Michael Schenker Group, The Ferrymen, Sunstorm, Elegant Weapons, et tant d’autres) au chant, Randy van der Elsen (membre de Tank depuis 2017) à la basse, et Koen Herfst aux baguettes.

Présentement, le six-cordiste néerlandais et son groupe sont de retour avec « Sin », cinquième effort studio du combo. La grosse nouveauté ici est le remplacement du Chilien Romero par Mats Levén (ex-… Yngwie Malmsteen, Candlemass).

Globalement, les compositions (dont un bon nombre sont plutôt énergiques) donnent dans le registre Hard Rock Mélodique. Outre un rien de Deep Purple période 70s, c’est surtout l’influence du Serpent Blanc de David Coverdale qui se ressent le plus, dans la musique comme dans les vocaux ('Thunder And Lightning', la ballade 'Baby You’ve Changed'). Certaines pistes font déjà figures de futures incontournables sur les prochaines setlists de tournée ('Hit The Ground Running').

Le regretté Ronnie James Dio (ligne vocale et riff) et même Led Zeppelin (les arrangements orchestraux/orientaux 'Kashmir'-iens) ne sont pas loin non plus (l’épique chanson-titre). Dans l’ensemble, les morceaux sont groovy, même pour les tempos moins musclés ('Burning Skies', 'Out Of The Shadows'). Musicalement, ça joue bien. A bientôt 70 ans (c’est pour janvier 2024), Adrian en a encore sous ses pédales. Soutenu par une impeccable section basse-batterie, le maitre ès manche, natif de Enschede (Pays-Bas) nous ravis de son jeu racé et de ses soli travaillés ('Light It Up').

L’atout, de taille, de cet album réside dans la performance de Mats Levén. Avec voix puissante et capable d’œuvrer dans une gamme variée, le vocaliste suédois fournit un gros boulot ('House On Fire', 'Walking On Water').

Pour être complet, parlons de la production bien actuelle et propre goupillée par Bob Marlette (Ozzy Osbourne, Alice Cooper, Rob Zombie), à nouveau aux commandes. Signalons également que la peinture de l’artwork est signée par ce cher Adje (c’est son véritable prénom). On notera au passage le retour des requins, présents sur la pochette du méfait de 1983 « Heading for a Storm », elle-même déjà commise par notre tête pensante).

Si vous aimez le bon hard rock mélodiques typé 80s/90s, ce serait un péché (c’était trop tentant) de passer à côté de ce « Sin » de Vandenberg.