AEOLIAN
Plus d'infos sur AEOLIAN
Melodic Death Metal

Silent Witness
Enora
Journaliste

AEOLIAN

«« Silent Witness », un premier album très moyen pour Aeolian qui semble encore se chercher et qui se laisse dominer par de trop nombreuses influences musicales»

12 titres
Melodic Death Metal
Durée: 55 mn
Sortie le 12/09/2018
3886 vues
SNOW WAVE RECORDS

Aeolian est un jeune groupe espagnol de Melodic Death Metal formé en 2016 et qui nous présente son premier album, « Silent Witness ». Les premiers albums posent toujours question tant ils peuvent incarner la quintessence du projet musical d'un groupe, ou bien rassembler toutes les erreurs de jeunesse possible. Avec des influences comme Amorphis, Opeth, Kreator, Borknagar, Dimmu Borgir, ou encore Wolfheart, il est possible de penser que cet album est néanmoins né sous les meilleurs étoiles.

Les guitares de Raúl Morán et Gabi Escalas nous plongent dans le Melodic Death Metal le plus classique possible dès ‘Immensity', le premier morceau de cet album. La rythmique est enflammée mais il faut bien reconnaître que le timbre du scream de Daniel Perez est assez particulier et peut déstabiliser. La basse trouve pleinement sa place sur un passage apaisé où les guitares proposent de charmantes envolées mélodiques. ‘The End Of Ice' confirme le problème : la technique de scream est bien trop agressive pour la musique planante que propose le groupe ; mais il va bien falloir se faire une raison puisque cette situation risque de se prolonger tout au long de l'album ! Cette mise en bouche trouve sa continuité avec des morceaux comme ‘Return of the Wolf King', qui n'a malgré tout rien de transcendant, ‘Going To Extinction', marqué par une ouverture chaotique et des guitares qui se veulent Melodeath dans une composition sans queue ni tête, ‘Oryx', la conclusion de cet album, ou encore ‘Elysium', bien mieux pensé, articulé et réalisé, mais est-ce suffisant pour rattraper cet album qui nous laisse déjà un arrière-goût amer ?

Au-delà de la technique de scream, qu'on peut par ailleurs apprécier, Aeolian nous perd surtout dans son instabilité musicale puisque le groupe passe d'un genre à l'autre, sans raison particulière, sans transition, et sans aller jusqu'au bout de ses idées. L'illustration parfaite de cette indécision est ‘My Stripes in Sadness' qui s'égare assez rapidement sur des chemins musicaux imprévus, passant par des choeurs en voix claire, des guitares rugissantes et une ambiance épique tout à fait Power Metal avant de replonger vers quelque chose de presque Black Metal… Vous pensiez que c'était fini ? Et bien attendez de découvrir ‘Black Storm' qui donne presque l'impression qu'un groupe de Folk Metal s'est invité sur l'album entre deux blasts d'Alberto Barrientos, après les trente secondes de ‘The Awakening' arrivent un peu comme un cheveu sur la soupe. ‘Chimera' et ‘Wardens Of The Sea' ont l'avantage d'élargir l'horizon musical du groupe vers l'Orient, mais c'est bien tout ce qu'on en retiendra.

« Silent Witness » est malheureusement un mauvais premier album pour Aeolian qui semble encore se chercher et hésiter quant à la direction à donner à son projet musical, se perdant parmi ses (trop) nombreuses références musicales. Le groupe s'appuie trop facilement sur des influences diverses au point parfois de se laisser avaler par elles, perdant toute cohérence. L'ensemble donne une impression de fouillis dans lequel on ne s'attarde malheureusement pas.