SERPENTINE DOMINION
Plus d'infos sur SERPENTINE DOMINION
Deathcore

Serpentine Dominion
Anibal BERITH
Journaliste

SERPENTINE DOMINION

9 titres
Deathcore
Durée: 27 mn
Sortie le 28/10/2016
3407 vues
Petite devinette chers lecteurs ! Si je vous demande quel est le point commun entre Adam Dutkiewicz, guitariste de Killswitch Engage, Shannon Lucas, ancien batteur de The Black Dahlia Murder et George "Corpsegrinder" Fisher, chanteur de Cannibal Corpse ? Je suis sûr que vous avez trouvé ! C'est ce nouveau groupe Serpentine Dominion, un projet musical regroupant des cadors du Metalcore, du Deathcore et du Brutal Death Metal, en gestation depuis 7 ans et sortant enfin un 1er album, éponyme, chez Metal Blade Records le 28 octobre prochain.

Tout est parti du Rockstar Energy Drink Mayhem Festival de 2009 où l'idée de réunir les membres de Killswitch Engage, The Black Dahlia Murder, et de Cannibal Corpse en un seul groupe a émergé. Entre les sorties d'albums et les tournées de chacun au sein de leur groupe respectif, il ne fût pas facile de réunir tout le monde pour élaborer ce projet d'où cette longue attente. Une fois tout en place, il suffisait de trouver un second chanteur, ce fût chose faite en engageant Jesse Leach, le chanteur de Killswitch Engage qui se chargea des textes dénonçant les malversations des politiques, des dégâts de la religion et de l'ampleur dévastatrice du capitalisme.

Alors que peut bien donner cette galette avec ce casting aussi alléchant? Du bon Metalheads, que du bon, même s'il y a quelques touches à revoir notamment la durée ! 9 titres sur 27 minutes dont une intro et un interlude ('Prelude'). C'est donc un peu léger mais cet album n'est qu'un divertissement de musiciens pour musiciens et fan des membres. Une sorte de récréation pour tout le monde mais c'est tellement bon que l'on reste sur sa faim ! En revanche, la galette étant très variée, on peut l'écouter en boucle inlassablement !

Après l'intro de près de 2 minutes sonnant très heavy metal à la limite de la balade, les hostilités attaquent réellement avec ' The Vengeance In Me ' qui démarre très brutalement avec le growl reconnaissable entre mille de George "Corpsegrinder" Fisher que l'on penserait presque écouter du Cannibal Corpse ! Rassurez-vous le trio fondateur a su rapidement trouver ses marques pour délivrer quelque chose de différent oscillant entre le brutal death et le deathcore entrecoupé de plans heavy metal et thrash notamment par les soli. Beaucoup de dissonance dans la mélodie, marque de fabrique du combo qui ne cessera d'en user tout au long des titres de la galette l'agrémentant de plus ou moins de brutalité.

Par exemple, le titre suivant ' Vanquished Unto Thee ' et ' Sovereign Hate ' sont moins violents, plus lents sur un mid tempo adoptant des plans au chant clair de Jesse Leach en opposition au growl puissant de Fisher. Le 1er s'avère plus lourd, le second plus progressif avec une montée en puissance au fil des minutes pour finir plus sauvagement.

Entre eux se positionne l'inquiétant ' Divide, Conquer, Burn, and Destroy ' et son ambiance thriller angoissant rappelant sans hésiter l'univers du dernier Carnifex "Slow Death". Cette composition est clairement deathcore avec ses blast frappés et assommants et ses riffs breakés incisifs.

Puis c'est le retour à la brutalité dans toute sa splendeur avec ' On the Brink of Devastation ', à la fois rapide et dissonant; c'est direct, impactant et inquiétant passant ainsi du brutal death au deathcore sans transition et avec brio et laisser place au pesant ' Jagges Cross Legions ' et ses blasts lents et lourds et ses riffs vibrants asynchrones laissant entrevoir une mélodie enivrante et un chant clair rendant le tout accessible tout en nous rappelant à l'ordre dès que Fisher prend le relai.

A la suite de ' Prelude ', l'interlude épique que nous évoquions plus haut, c'est le (déjà) dernier titre qui s'annonce en le très varié ' This Endless War '. Ca démarre plutôt power pour rapidement se durcir vers un death metal lourd et dissonant sur mid tempo et s'accélérer vers un style plus deathcore au son d'une basse plus affirmée que sur les titres précédents. Le titre le plus long de la galette qui vous tabasse dans un environnement en sans cesse mouvement et assez déroutant par ce plan affreux inspirant la terreur à mi-parcours. Super finish plus orienté heavy metal avec son solo interminable qui pousse l'auditeur à faire tourner le CD en boucle.

Un projet de copains métalleux qui à la suite d'une longue élaboration donne un matériel très abouti, bien construit qui bien que trop court à mon goût donne l'avantage de ne pas se lasser. Les passages "light" sont bien positionnés tout comme le mixage des genres entre death metal et deathcore donnant une harmonie inlassable et surprenante tout au long des 9 titres créant ainsi la surprise auprès de l'auditeur en sans cesse découverte. Une seule chose à dire, pourvu que cette récréation aboutisse sur un vrai groupe qui perdure !

Anibal Berith