THE OFFERING
Plus d'infos sur THE OFFERING
Metal / Progressive / Rock / Experimental

Seeing The Elephant
Matt
Journaliste

THE OFFERING

«Une ballade folle au milieu de la colère, où chaque dérapage est maitrisé. Un immense album »

10 titres
Metal / Progressive / Rock / Experimental
Durée: 51 mn
Sortie le 04/11/2022
399 vues
Groupe de Boston formé en 2015, The Offering nous livre aujourd'hui son second album, "Seeing The Elephant" après "Home" sorti en 2019, ayant déjà fortement impressionné.

Oubliez toute classification, ces musiciens ne connaissent pas les étiquettes. Néo métal, hardcore, trash, progressif , ils font ce qu'ils veulent, ils ont digéré leurs influences et les recrachent avec une maîtrise impressionnante.

L'album est une analyse sans détour, froide, glaciale de la société actuelle, de ses incohérences et des émotions, réactions qu'elle engendre .

Dès le premier morceau, le single 'WASP' plus de 7 minutes de puissance , colère et folie, on comprend que les 4 ne sont pas venus pour faire de la figuration.

Deux interludes, 'Tipless' et 'Seeing the elephant', permettent de respirer entre ces compositions éprouvantes tant les informations sont nombreuses. Une bonne partie des morceaux dépassent les 5 minutes, vous enchainant tel un boxeur sur son sac de frappe.

Les riffs de 'Rosefire' et 'Ghostmother' rappellent un Slipknot des débuts, qui aurait pris un LSD avant de saisir le médiator et les baguettes.

'My Heroine' , "ballade" de l'album à la sauce The Offering commence par un riff lourd, un solo ayant pu apparaître sur Careless Whisper de Georges Michael, promis je n'ai pas pris de LSD non plus, pour descendre ensuite avec un chant clair à la Jonathan Davis ,pendant que des sons inquiétants sont martelés derrière.

Le chanteur justement, Alex Richichi, rappelant sur certains passages le frontman de Korn, est un caméléon vocal, passant très aisément de la violence la plus extrême à un chant clair de haute qualité, 'Flower Children' en étant la parfaite illustration , morceau écrit à l'attention des Baby boomers qualifié génération de narcissiques sociopathes.

On ressort de l'écoute impressionné, tant par la production monumentale pour mettre en avant chaque musicien car les bougres ne se refusent rien et ça part dans tous les sens, que par la qualité technique des membres du groupe, nous faisant évoluer dans leur univers énervé, torturé, tortueux et déjanté.

The Offering nous emmène dans une folle ballade, où chaque dérapage est maîtrisé. Quelle claque