NéFASTES
Plus d'infos sur NéFASTES
Black Metal

Scumanity
Anibal BERITH
Journaliste

NéFASTES

«Néfastes fait revivre le bon black old school bien crade qui laisse des traces indélébiles ! »

8 titres
Black Metal
Durée: 29 mn
Sortie le 11/06/2021
144 vues

De quelques riffs imaginés par Liem N'Guyen est né Néfastes, le nouveau projet studio black metal du guitariste originel de Benighted. Accompagné de Julien Truchan (Benighted) au chant et d'Olivier Gabriel (ex-Benighted également) à la basse, Néfastes distille ce genre de black Metal poisseux issu de la seconde vague, celle des 90's et plus particulièrement celle venant du Suède (Dark Funeral, Marduk, Funeral Mist). Vous l'aurez compris en lisant ces lignes, pas de place à la texture moderne chiante à périr où les vocalistes chouinent au lieu d'exprimer leur haine avec hargne !

"Scumanity", titre de ce premier opus des français, ne fait pas dans la dentelle. Huit titres, 29 minutes, un timing suffisant et efficace pour en prendre plein la gueule, appuyer sur "PLAY" une nouvelle fois et en reprendre une couche parce que c'est bon !! Rappelez-vous, le petit "Reign in Blood" de Slayer ! Même format et on en parle encore ! Sans vouloir faire de comparaison, je pense que Néfastes a su s'inscrire dans le paysage de la scène extrême de façon instantanée. Non pas parce que le trio est renommé mais parce que le scud est qualitatif surtout pour un matériel DIY (Do It Yourself) !

Liem, par ses compositions, n'y va pas quatre chemins et agresse son auditeur dès les premiers riffs de 'Progéniture Décadente' ! Ils sont incisifs, l'attaque est franche et directe et le tempo opte pour un rythme effréné dévastateur ! Ames sensibles s'abstenir car il n'y a pas de temps mort ! Le trio infernal vous entraine dans ce conte sur la décadence humaine avec lui et il sera difficile d'en revenir indemne !

Au delà de l'agressivité sonore, l'ambiance perpétrée par le disque est sale et malsaine. Plus on avance dans l'écoute et plus elle devient dérangeante notamment au cours de la partie centrale avec l'enchaînement de 'Make Apocalypse Great Again', 'Supplice' et 'Scumanity'. S'éloignant de la brutalité du tempo et de la mélodie destructrice des deux titres d'ouverture, ce passage de la galette se veut plus lent conférant ainsi une atmosphère insidieuse qui colle à la peau et dont il est difficile de se débarrasser. Si je devais indiquer une référence, je pense immédiatement à Marduk, également capable de générer ce genre d'ambiance redoutable.

Passé le titre instrumental énigmatique 'Charognards' (qui porte bien son nom), le deux dernières compositions du matériel retrouvent l'aspect violent du début, "emprunté" à Dark Funeral, 'Carved Into the Flesh' apportant le côté épique distillant une légère touche norvégienne à ce black français aux relent suédois !

Avec sa cover néfaste, dont le verso (pour le matériel physique) réserve une surprise bien sordide, réalisée par le talentueux Nicko Metalink, ce premier essai des français est une pure réussite ! Loin des standards actuels, le trio a su faire revivre le bon black old school bien crade qui laisse des traces indélébiles ! De plus le final du titre outro laisse entrevoir une suite à ce méfait bien acéré ! A bientôt messieurs et merci pour cette fraicheur !

Tracklist :
† Progeniture decadente
†† Fuck with the bull, you get the horn
††† Make apocalypse great again
†††† Supplice
††††† Scumanity
†††††† Charognards
††††††† Ashes return
†††††††† Carved into the flesh