Inspirations
Fred H
Journaliste

SAXON

«Ces « Inspirations » n’apportent clairementrien de neuf tant nous sommes sur du ultra connu. Malgré tout, cette offrande est un hommage sincère et respectueux d’un groupe qui n’a plus rien à prouver à des ainés de légendes.»

11 titres
Heavy Metal
Durée: 36 min 24 mn
Sortie le 19/03/2021
1168 vues
SILVER LINING RECORDS
Des hits, pour sûr qu’ils en ont défouraillés les gars de Saxon. Depuis 1979, avec vingt-deux opus studios au compteur, que de perles pour nos esgourdes ('Princess Of The Night', 'Wheels of Steel', 'Power And Glory', 'Heavy Metal Thunder', etc.).

En attendant la sortie du successeur de « Thunderbolt » (2018) qui est annoncé pour février 2022, nos vétérans de la New wave of British heavy metal ont décidés de mettre en boite des reprises de titres commis par des groupes qui les ont influencés et inspirés pour écrire leur propre musique. Ces présentes « Inspirations » recèlent donc onze revisites de classiques qui font partis de l’Histoire du Rock (avec des grands H et R). Ces morceaux, c’est bien simple, on les connait tous.

Deux tiers de ces réappropriations font la part belle à des formations britanniques. Des plus célèbres faux ennemis The Rolling Stones ('Paint It Black') et The Beatles (le mélodique 'Paperback Writer'), en passant par Led Zeppelin ('Immigrant Song'), The Kinks ('See My Friends'), Black Sabbath ('Evil Woman'), Deep Purple ('Speed King'), ou Motörhead ('Bomber'), c’est bien simple, TOUT EST ABSOLUMENT CULTE. Au milieu de ce déferlement de compatriotes anglais, ce sont glissées des covers de combos américains ('Stone Free' de Jimi Hendrix, 'Hold The Line' de Toto), irlandais ('The Rocker' de Thin Lizzy) et australo-écossais ('Problem Child' d’Ac/dc). Là encore, QUE DES INCONTOURNABLES.

Pour retrouver l’esprit et l’excitation de leur début, le quintet a choisi de se la jouer « à l'ancienne ». Pour se faire, le chanteur Biff Byford et ses comparses ont investis une authentique et ancienne résidence « so british » (le Brockfield hall) dans leur fief d’origine. Sur place, tous regroupés dans la même pièce, dans des conditions quasi live, avec des bons vieux amplis Marshall et une vraie batterie, le groupe a répété puis enregistré sans quelconque pression. Se voulant sincères dans leur démarche, les cinq mecs n’ont pas souhaités « trop changer les chansons, mais plutôt les jouer plus comme du Saxon » pour « se faire plaisir et le partager en ces temps sombres ». Nobles attentions.

Musicalement, les interprétations sont donc plutôt fidèles au matériel initial. Derrière le micro, ce cher Biff s’est lui donné quelques « défis » vocaux. Bien que les chanteurs originaux possèdent tous des phrasés ou des timbres particuliers (Bon Scott, Phil Lynott, Robert Plant, Ozzy, Lemmy, etc.), l’anglais n’a pas cherché à les singer. Même si on retrouve certaines gimmicks propres à tous ces tubes, tout cela est fait dans le respect de ces grands frères inspirateurs. D’ailleurs, ils sont tous là, pas loin. Pour en être convaincus, jetez un coup d’œil à la jaquette du skeud. Toutes ces icônes et leurs partenaires dans le crime musical sont présents aux côtés de Byford, du guitariste Paul Quinn et de leurs acolytes.

Ces « Inspirations » n’apportent clairement rien de neuf tant nous sommes sur du ultra connu. Malgré tout, cette offrande est un hommage sincère et respectueux d’un groupe qui n’a plus rien à prouver à des ainés de légendes. Bien joué Saxon.