QUIET RIOT
Plus d'infos sur QUIET RIOT
Hard Rock, Heavy Metal

Road Rage
United Rock Nations

QUIET RIOT

«''Road Rage'', un album en demi-teinte pour un groupe qui cherche son équilibre»

11 titres
Hard Rock, Heavy Metal
Durée: 58 mn
Sortie le 04/08/2017
8089 vues

Le 19 novembre 2007 a bien failli marquer la fin du groupe Quiet Riot puisque le décès de Kevin DuBrow avait porté un coup brutal au groupe. Cependant, le batteur Frankie Banali a décidé de s'accrocher et de continuer à avancer avec le groupe, avec l'aide de Chuck Wright à la basse et Alex Grossi à la guitare. Avec cette envie de faire vivre le groupe, Quiet Riot s'est trouvé un nouveau chanteur pour reprendre le flambeau : James Durbin, révélé par l'émission American Idol. Sa voix et sa technique colle très bien à l'esprit du groupe et aux compositions ! « Road Rage » va vous permettre de vous en rendre compte.

En raison du départ du chanteur précédent, Seann Nicols, la sortie de l'album a été repoussée pour réenregistrer l'ensemble des chansons avec James Durbin. Et on commence avec « Can't Get Enough » qui semble suivre la voie énergique et les sonorités Hard Rock du groupe à ses débuts. L'accent Blues de ce titre lui ajoute un petit caractère entraînant. Les sonorités orientalisantes du début de « Get Away » lui apportent un certain cachet mais on a du mal à suivre la transition vers le Hard Rock et les choeurs. Dans une ambiance bien différente, on trouve « Roll This Joint », avec une rythmique langoureuse et un chant clair assez agréable.

Avec « Freak Flag », petite déception car Quiet Riot n'apporte rien de plus que ce qu'on a pu entendre sur les titres précédents. Le morceau demeure agréable mais ce n'est pas un titre qui restera dans les mémoires. Il est suivi par le puissant « Wasted » aux riffs riches et travaillés. L'ouverture voix et ligne rythmique de « Make A Way » est prometteuse et l'ambiance Blues Rock avec un intérêt certain porté à la voix qui est plus grave et ronde que dans les titres précédents. La chanson « Renegades » se présente tout de suite comme le morceau mélodique de l'album.

Les guitares douces de « The Road » annoncent une ballade Rock tout en délicatesse. Mais l'apogée, pour ne pas parler d'explosion, n'arrive finalement jamais et on continue à entendre se répéter la même ligne musicale sans réelle évolution, même si les riffs sont sympathiques. « Shame » est un eu fade et le chant aurait pu être davantage travaillé, on ne s'attarde pas. Sur « Knock'Em Down », on s'attend à un titre entraînant mais le manque d'effort de composition est flagrant, ou alors je n'arrive vraiment pas à rentrer dans cette chanson.

On avoue être un peu déçu du côté plat et déjà-vu qui ressort de cet album, bien loin des morceaux uniques, complexes et chauds que le groupe a pu nous faire découvrir par le passé. Le contrôle et la lenteur sont trop souvent mis en avant mais on n'en tient pas trop rigueur au groupe qui cherche sans doute son nouvel équilibre.