Rise
Fred H
Journaliste

REVOLUTION SAINTS

«« Rise » contient de nombreuses plages plutôt addictives et bien ficelées à défaut d'être renversantes de nouveautés. Troisième salve réussie et gagnante pour Revolution Saints et leur hard rock très mélodique.»

11 titres
Hard Rock FM
Durée: 47'12 mn
Sortie le 24/01/2020
502 vues

Et de trois. Faisant suite à leur premier effort éponyme de 2015 et à « Light in the Dark » paru en 2017, le combo composé du guitariste Doug Aldrich (The Dead Daisies, ex-Dio/Whitesnake/Bad Moon Rising/etc.), du batteur/chanteur Deen Castronovo (The Dead Daisies, ex-Journey/Bad English), et du bassiste Jack Blades (Night Ranger, Damn Yankees) fait reparler de lui.

Trio donc ? Pas tout à fait, car le désormais quasi incontournable (pour le label italien Frontiers s'entend) Alessandro Del Vecchio à activement participer à l'écriture des morceaux et commet ici et là des parties de claviers, quelques backing vocals et évidement la production. Tant qu'on y est, notons que le vocaliste Daniel Rossall (Passion, Night By Night), également membre de l'écurie ritale, a lui aussi mis la main à la pâte pour le songwriting.

Bon, vu les blases et les historiques des 3 protagonistes principaux et des compères accompagnants, on sait à peu près à quoi s'attendre. Musicalement, on roule sur des autoroutes d'un hard rock très mélodique et sympathique (l'ouvreur 'When the Heartache Has Gone', 'It's Not the End (It's Just the Beginning)', 'Win or Lose') que l'on connaît bien. Sur le chemin, on trouve quelques sorties FM ('Coming Home') et autres bretelles AOR ('Price We Pay', 'Million Miles'). Le sillon des rondelles précédentes se poursuit. Le savoir-faire est indéniable. D'aucuns noteront quelques accointances/influences avec des aînés de haute réputation (Rainbow, etc.). Vu leurs parcours respectifs, tous ces zicos n'ont plus rien à prouver depuis longtemps et roulent en pilotage automatique. Les interventions de sixcordes du sieur Aldrich sont impeccables et classieuses (l'énergique 'Rise').

Le travail sur les arrangements (ciselés) et sur les lignes vocales (mélodiques et accrocheuses) est propre à souhait (l'entraînant 'Closer', l'entêtant 'Higher'). Tout cela est pro, bien produit, un peu sage et déjà fait certes mais efficace et plaisant. Comme a l'habitude, Castronovo (toujours aussi à l'aise avec ses baguettes que derrière un micro) et Blades se partagent le chant. Vos délicates cages à miel ne seront pas agressées. Quasiment incontournable, on n'échappe pas à la presque obligatoire ballade de circonstance ('Eyes of a Child'). La petite surprise de la rondelle réside dans la présence d'Erika Luna Ceruti alias Lunakaire. Le supergroupe a convié la fashion girl et chanteuse (et à ses heures perdues) à venir poser sa douce voix sur une piste pop rock ('Talk to Me'). Le résultat est agréable, reconnaissons-le.

« Rise » contient de nombreuses plages plutôt addictives et bien ficelées à défaut d'être renversantes de nouveautés. Troisième salve réussie et gagnante pour Revolution Saints et leur hard rock très mélodique.

REVOLUTION SAINTS
Plus d'infos sur REVOLUTION SAINTS
Hard Rock FM
Chroniques