RHAPSODY OF FIRE
Plus d'infos sur RHAPSODY OF FIRE
Symphonic Power Metal

The Eighth Mountain
Fred H
Journaliste

RHAPSODY OF FIRE

«« The Eighth Mountain » entame de bien belle façon la nouvelle ère concoctée par Rhapsody Of Fire et son Power metal symphonique»

12 titres
Symphonic Power Metal
Durée: 64'38 mn
Sortie le 22/02/2019
6334 vues

Entre 2011 et 2015, plusieurs changements de line-up majeurs se sont opérés chez Rhapsody Of Fire. Le plus marquant reste le départ (avec deux autres zicos) du guitariste soliste et cofondateur du groupe Luca Turilli qui a choisi de monter sa propre aventure nommée … Luca Turilli's Rhapsody (fallait y penser). Malgré tout, le combo sort son « Into the Legend » début 2016 avant qu'une seconde vague d'abandons n'arrive. Le vocaliste de longue date Fabio Lione décide lui aussi de quitter le bord suivi de près par le batteur Alex Holzwarth. Loin de se laisser abattre, les italiens embauchent rapidement Giacomo Voli (Teodosia) pour officier derrière le micro et Manu Lotter aux baguettes. Pour se sceller/roder, les cinq larrons publient en 2017 un « Legendary Years » (réenregistrements - trop proches des originaux selon certains - de titres issus des cinq premiers opus).

Une fois la tournée d'adieu « 20th anniversary farewell Tour » achevée (incluant des anciens membres), le quintet s'est atteler à pondre de nouvelles chansons originales. « The Eighth Mountain » se veut donc le premier chapitre d'une future oeuvre fleuve intitulée « The Nephilim's Empire Saga ». Ne tournons pas autour du chaudron… le Power metal symphonique que l'on nous propose ici porte le sceau RoF des grandes heures. Les interventions de claviers du compositeur-producteur Alex Staropoli (dernier rescapé des débuts) sont des plus MASSIVES (dès la courte intro 'Abyss Of Pain'). Les refrains se font majestueux ('The Legend Goes On') et les choeurs sont puissants et envoûtants (l'explosif 'Seven Heroic Deeds' pourfend d'emblée avec ses « Mi-se-ré-ré »). La paire formée de Alessandro Sala à la basse et Roberto De Micheli à la guitare fonctionnement parfaitement (quelles rythmiques de folies). Les soli de sixcordes, que l'on peut qualifier d'impressionnants ('White Wizard', l'épique 'March Against The Tyrant' et ses faux airs Led Zeppeliniens dans ses arpèges de grattes), transpercent de part en part. Les orchestrations (en collaboration avec une formation symphonique nationale bulgare) retentissent de tous côtés ('Rain Of Fury'). Tout s'enchevêtrent, cela déborde parfois. Cette grandiloquence et ce « trop n'est jamais assez » de choeurs, de cordes, de leads de guitares, de clichés à la pelle, de mélodies furieuses, … pourront (sur la durée) avoir peu être raison de tout auditeur héros pourtant averti. Qu'importe, on s'accroche, tellement on est heureux de retrouver Staropoli et ses comparses en si grande forme.

Les derniers arrivants passent haut la main leurs épreuves du feu. Derrière ses fûts, Manu Lotter fait galoper sa double grosse caisse aussi vite qu'il fait ses descentes de toms ('Clash Of Times'). La recrue Giacomo Voli amène des vocaux solides et variés. Le chant de ce ménestrel des temps modernes se fait tantôt dans les aigus ('Master Of Peace'), parfois criard ('The Courage To Forgive') ou à l'inverse grave et sombre (les premiers phrasés presque Black metal de 'Tales Of A Hero's Fate'). Cette dernière piste de la rondelle – morceau de choix de plus de dix minutes – se clôture par la narration d'un invité inattendu. Une fois encore (car il l'avait déjà fait sur de précédentes galettes), Sir Christopher Lee, légendaire interprète du comte Dracula et du sorcier Saroumane dans l'hexalogie Le Hobbit/Le Seigneur des Anneaux, fait ici sa probable ultime apparition posthume (décédé en 2015). Bel hommage. Les transalpins amènent également un peu de diversité avec de touches médiévales (le baroque 'Warrior Heart') ou des moments plus calmes (l'orchestrale-ballade 'The Wind, The Rain And The Moon').

« The Eighth Mountain » entame de bien belle façon la nouvelle ère concoctée par les natifs de la Botte. Les adorateurs des italiens, quelque peu déroutés/déçus par les récentes livraisons, peuvent être rassurés. N'attendez plus pour rejoindre la compagnie Rhapsody Of Fire pour entamer votre quête vers cette montagne de Power metal symphonique où sommeille probablement (et sous des tonnes d'or) un magnifique dragon.