REVOCATION
Plus d'infos sur REVOCATION
Technical Death/Thrash Metal

The Outer Ones
Enora
Journaliste

REVOCATION

«« The Outer Ones », une visite de l'univers de Revocation qui se détourne des grands standards du Tech Death pour tracer sa propre route et prendre une direction aux influences multiples, loin des facilités trop accessibles»

9 titres
Technical Death/Thrash Metal
Durée: 46 mn
Sortie le 28/09/2018
3961 vues

Revocation jouit désormais d'une réputation bien établie dans le monde du Tech Death, et il faut dire qu'en douze ans d'existence et après six albums, le groupe a su s'imposer grâce à une créativité débordante et une maîtrise technique glaçante de perfectionnisme. Deux ans après le très bon « Great Is Our Sin », les Américains nous offrent donc un nouvel album : « The Outer Ones ».

Il ne faut pas longtemps à la batterie infernale d'Ash Pearson pour nous plonger dans le chaos de ce nouvel album avec l'explosive ‘Of Unworldly Origin'. Des riffs de guitares presque Prog par moments répondent à des breaks fougueux et emportent l'auditeur dans le tourbillon infernal que Revocation a eu le temps de perfectionner avec les années. L'atmosphère étouffante ainsi que la batterie déchaînée de ‘That Which Consumes All Things' auraient presque quelque chose de Black Metal. Le mixage a été extrêmement bien pensé et laisse deviner une basse lourde tout au long du morceau, comme une épée de Damoclès, menaçant de s'abattre à tout instant. Revocation ne laisse aucune chance à ses fans d'en réchapper indemnes et c'est sans doute cet acharnement qui fait le succès du morceau. En contraste avec ce qui vient d'être entendu, ‘Blood Atonement' est un titre plus subtil, léger et dont la force vient plutôt du côté langoureux et vénéneux que d'un déchaînement de violence. Le groupe se place alors typiquement dans une lignée Technical Death Metal, superposant des rythmiques et des compositions mélodiques plus folles et complexes les unes que les autres. ‘Fathomless Catacombs' est dans le même esprit avec des lignes de guitare parfois plus Jazz que Metal, des emprunts de la part de David Davidson et Dan Gargiulo dont on ne peut que saluer la qualité et le génie !

Le morceau éponyme nous replonge dans un univers de ténèbres et d'agressivité avec un groove non-négligeable et que la qualité des précédents morceaux nous avait presque fait oublier. Un long passage instrumental occupe le coeur de la chanson, nous attirant vers des abîmes de terreur que le groupe a pris soin de construire pour mieux nous dévorer. ‘Vanitas' confirme que, contrairement à de nombreux groupe du genre, Revocation a décidé de se tourner vers des titres plus extrêmes et parfois peu accessibles à un public non-averti. Les ruptures rythmiques se multiplient, les riffs se font tantôt aériens, tantôt brutaux, flirtant avec le Jazz comme avec la musique moderne, et des screams enragées se posent sur cet ensemble si finement construit et qui semble pourtant mouvant, changeant de forme sur commande, demeurant insaisissable. Le groupe nous offre un moment de grâce avec ‘Ex Nihilo', un morceau instrumental hypnotique dont vous ressortirez sûrement sonné par tant de maîtrise et d'intelligence dans la composition. On ne sait plus où donner de la tête tant chaque élément musical a été pensé et introduit avec délicatesse. En réponse à cette créativité débridée, ‘Luciferous' donne presque l'impression de rester classique mais revenir à ses racines ne fait jamais de mal. Et on finit avec ‘A Starless Darkness' et ses sept minutes envoûtantes et magiques.

« The Outer Ones » est une visite guidée de l'univers de Revocation qui se détourne des grands standards du Technical Death Metal pour tracer sa propre route et prendre une direction bien complexe, aux influences multiples, loin des facilités musicales populaires et accessibles. Le groupe sait où il va et ne se perd pas dans la luxuriance de ses créations, néanmoins toutes dominées par la superbe et hypnotique ‘Ex Nihilo'.