WARKINGS
Plus d'infos sur WARKINGS
Power Metal
Chroniques

Revenge
Enora
Journaliste

WARKINGS

«Les musiciens de Warkings savent où ils vont musicalement, mais surtout ils incarnent pleinement l’univers dans lequel ils inscrivent l’histoire de leurs personnages»

10 titres
Power Metal
Durée: 41 mn
Sortie le 31/07/2020
1073 vues

Le quatuor Warkings se démarque sur la scène Power/Heavy en mêlant quatre univers (la Grèce antique, la Rome antique, les Vikings, et les croisades) dans un projet complet dont le premier album, « Reborn », a été dévoilé en 2018. Deux ans plus tard, les guerriers du groupe reprennent les armes avec « Revenge », à découvrir fin juillet 2020.

Dès les premières secondes de ‘Freedom’, l’énergie de Warkings place cet album sous les meilleurs auspices, en particulier grâce au timbre de Tribune qui marque les compositions d’une identité notable et d’un engagement certain. Après une entrée en matière purement Heavy/Power, ‘Maximus’ met à l’honneur l’univers romain, dont est originaire le personnage du frontman du groupe, dans son thème mais aussi dans les cuivres d’ouverture et l’atmosphère martiale. ‘Warriors’, dont vous pouvez retrouver le clip un peu plus bas, offre une nouvelle occasion de souligner le goût de Crusader pour les soli et riffs efficaces. C’est avec une autre ouverture travaillée et créative qu’on découvre l’orientalisante ‘Fight In The Shade’ qui continue d’approfondir l’histoire que veut nous raconter Warkings dans son univers très complet.

Après une promenade dans la Rome antique, le groupe nous propose un autre voyage temporel avec ‘Odin’s Sons’ qui nous mène en Scandinavie, sur les terres du bassiste du groupe, Viking. Derrière le mystérieux pseudonyme Queen Of The Damned, on retrouve en fait la chanteuse Melissa Bonny, frontwoman de Rage Of Light et qui collabore également avec des groupes Feuerschwanz. Dans un registre enfin plus calme, on découvre la balade ‘Banners High’ qui a une petite teinte old school très bien maîtrisée. Mélodique et débordante de fougue, ‘Mirror, Mirror’ reste un morceau relativement classique mais qui prouve encore une fois que les musiciens de Warkings savent ce qu’ils font.

Viking et Spartan forment un duo équilibré qui trouve sans peine sa place et renforce les passages chantés en chœur. ‘Azrael’, nom qui désigne l'ange de la mort dans certaines traditions hébraïques, musulmanes et sikhes, cache en fait une chanson très construite et qui va crescendo. Petit point historique, ‘Battle Of Marathon’ fait référence à la bataille du même nom qui opposa, en 490 avant JC, les cités grecques d’Athènes et Platées à l’empire perse. Le lien avec le personnage du batteur, Spartan, vient du fait que les généraux athéniens envoyèrent le coureur Phidippidès demander à la ville de Sparte une assistance militaire. Et c’est avec un hymne sobrement intitulé ‘Warkings’ que le groupe achève cet album.

« Revenge » est un album musicalement tout à fait maîtrisé et honorable, qui souligne que Warkings ne s’est pas trompé de voie en donnant dans le Power/Heavy. Cependant, c’est surtout sur les thématiques des chansons que la différence se fait puisque, contrairement à de nombreux groupes qui n’ont un univers que pour le principe et qu’ils n’exploitent donc jamais, Warkings multiplie les références au background des personnages incarnés par les musiciens.