VARGRAV
Plus d'infos sur VARGRAV
Black Metal

Reign In Supreme Darkness
Beleth Ars Goetia
Journaliste

VARGRAV

«« Reign In Supreme Darkness » ne suit malheureusement pas le chemin prétracé par « Netherstorm » ce qui est bien dommage. Cette galette se contente d'enchainer ses pistes d'hommage appuyé à Emperor, sans rien apporter de plus.»

8 titres
Black Metal
Durée: 40 mn
Sortie le 26/04/2019
4726 vues
WEREWOLF RECORDS

Tout juste un an après la sortie de « Netherstorm », Vargrav nous revient avec un nouvel opus intitulé « Reign In Supreme Darkness », qui sort en ce jour (le 26 avril) chez Werewolf Records.

Vargrav est un one man band finlandais mené de main de maitre par V-Khaoz (Druadan Forest, Oath et j'en passe). En 2018, le trublion sort « Netherstorm » (toujours chez Werewolf), album qui ne laisse clairement pas indifférent la sphère d'amateurs de métal noir, tant cette galette de haute volée recèle puissance, mélodies poignantes et entêtantes et grande qualité d'exécution et de production, comme en témoigne l'incroyable, le sublime, le magistral, que dis-je le cataclysmique ‘Obidient Intolerant Ensnared', chef d'oeuvre s'il en est (et j'exagère À PEINE !).

C'est donc tout naturellement qu'est attendu au tournant le petit frère de cet excellent « Netherstorm ». Si, comme moi vous aviez reçu une baffe monstrueuse à l'écoute du précédent opus, il se peut (et j'en suis désolée) que vous soyez un poil déçu. Là ou « Netherstorm » excellait en ambiances spatiales froides, atmosphériques, lourdes, puissantes et destructrices, « Reign In Supreme Darkness » creuse le filon du Black symphonique à tendance atmosphérique déjà bien exploré… par les norvégiens d'Emperor.

Nous retrouvons donc les mélodies en tremolo pickings sur notamment ‘The Glory of Eternal Night', les nappes de synthétiseurs ultra présentes sur ‘Dark Space Dominion' et ‘As The Shadows Grow SIlent', donnant ce côté mystique et lumineux, la batterie ultra saccadées soutenant les mélodies, sur toutes les pistes, l'introduction en tremolo pickings ultra grave type ‘I Am The Black Wizard' sur ‘As The Shadows Grow Silent' et j'en passe… Le vice est poussé jusqu'au mixage et même les noms des titres sonnent Emperor ! Ç’en est à un point que l'on fini même par en sourire tant la ressemblance est frappante.

Les morceaux se succèdent et se ressemblent, sans pour autant rendre l'écoute insupportable et laborieuse (car oui, c'est un doppelgänger, mais ça reste basé sur du Emperor !), mais quelle tristesse d'entendre ces morceaux très typés « To The Nightside Eclipse » et « Anthem to the Welkin At Dusk » quand on connait le potentiel de compositions que le finlandais nous avait dévoilé sur son précédent opus ! Le point culminant étant l'introduction de « Godless Pandemonium », dont la référence à ‘Where Dead Angels Lie ‘ de Dissection est à peine (si peu…) dissimulée…

Passé cette déception, concentrons nous plus sérieusement sur cette galette. Est-ce, au fond, un mauvais album ? Non. Les compositions, bien que manquant cruellement d'originalités, ne sont pas mauvaises en soi et sont bien menées, avec une instrumentation de qualité, qui rend finalement un bel hommage à Emperor. Car oui, impossible de s'enlever cette référence de la tête tant elle est omniprésente. Seulement, Emperor n'étant pas, de base, un groupe de piètre qualité et Vargrav restant un bon projet, le résultat ne peut pas non plus être catastrophique.
Seuls les titres de fin d'album (‘Crowned by Demonstorm', ‘Godless Pandemonium' sans son intro et ‘Arkane Stargazer') parviennent à faire revivre quelque peu l'esprit de « Netherstorm » à travers des atmosphères plus travaillées.
L'ensemble reste d'une froideur extrême, laissant transparaitre des ambiances fantastiques, parfois très noires et parfois plus lumineuses et le propos reste cohérent du début à la fin de l'album.

« Reign In Supreme Darkness » ne suit malheureusement pas le chemin prétracé par « Netherstorm » et c'est bien dommage, tant le potentiel était impressionnant. Cette galette se contente d'enchainer des pistes hommages à Emperor et Dissection, sans rien apporter de plus au chmilblick.
Avec « Netherstorm », Vargrav avait réussi à se placer comme un projet musical à suivre de très prêt. Si V-Khaoz continue dans la voie de ce « Reign In Supreme Darkness », il n'en restera qu'un groupe tribute des débuts d'Emperor, sans originalité ni personnalité, ce qui est très regrettable. Néanmoins, l'album reste bien fichu et est loin d'être désagréable, bien qu'il ne restera pas dans le top de cette année, contrairement à se prédécesseur. Petite déception donc, qui ne remporte qu'une petite moyenne.