PALISADES
Plus d'infos sur PALISADES
Post Hardcore / Electronicore
Chroniques

Reaching Hypercritical
Enora
Journaliste

PALISADES

« Avec « Reaching Hypercritical », Palisades signe une création riche qui témoigne du talent des musiciens qui mêlent habilement des titres puissants à des compositions pudiques. »

11 titres
Post Hardcore / Electronicore
Durée: 40 mn
Sortie le 22/07/2022
683 vues

Formé en 2008 sous le nom Marilyn Is Dead, Palisades a véritablement vu le jour en 2011 après plusieurs changements de line-up. Entre temps, le groupe avait déjà dévoilé un album, « Appearance Disappear » (2009), auquel se sont ajoutés quatre autres opus et un EP. Quatre ans après « Erase the Pain » (2018), les Américains (dont le line-up a encore évolué) sont de retour avec « Reaching Hypercritical » !

Assez rapidement, ‘My Consequences’ révèlent ses qualités et notamment une belle composition vocale qui permet de profiter d’entrée de jeu du timbre de Brandon Elgar (en voix claire comme en scream). Ce premier morceau a été pensé autour d’une montée en intensité parfaite pour une ouverture d’album. Le titre éponyme, ‘Reaching Hypercritical’, arrive immédiatement après en surfant sur la puissance déployée par les musiciens dans la deuxième moitié de ‘My Consequences’. Une nouvelle fois, Palisades attise l’intérêt de l’auditeur par sa capacité à signer des chansons qui s’articulent autour de contrastes bien pensés. Plus classique, ‘Invincible (Die Down)’ met à l’honneur les riffs des guitares de Xavier Adames et Matthew Marshall qui répondent aux jeux vocaux du chanteur.

Les premières secondes très Electro de ‘Your Misery’ annoncent un titre plus sombre mais qui n’est finalement pas si marquant que ça. A la satisfaction d’entendre le groupe se poser pour une ballade succède la déception de constater que ‘Without You’ est un morceau convenu qui reprend tous les codes habituels sans qu’on sente Palisades se dévoiler. Encore une fois, c’est le travail vocal qui interpelle sur ‘Better’ : avec Brandon Elgar, bassiste depuis 2016 mais chanteur depuis 2021 seulement, le groupe semble avoir trouvé la voix qu’il lui faut et qui peut rendre justice à ses compositions ! Si sa présence se fait sentir tout au long de l’album, la batterie d’Aaron Rosa peut profiter de ‘Fray’ pour être mise en avant grâce à une composition plus minimaliste qui met l’accent sur la rythmique.

‘Sick of the Attitude’ est clairement un titre qu’on a hâte d’entendre en live tant les lignes musicales convergent pour nous emporter dans un tourbillon d’énergie qui oscille entre maîtrise délicate et déchainement total. Si on regrettait que Palisades ne se dévoile pas sur ‘Without You’, ‘Sick of the Attitude’ compense plus que largement en nous donnant à voir toute l’ampleur de leur travail musical et leur engagement émotionnel. ‘Fade Away’ et ‘Sober’ continuent d’ailleurs sur cette très bonne lancée en nous proposant des titres sensibles et toujours très bien construits. Ce dernier tiers de l’album atteint sa quintessence sur ‘Closure’, un morceau sincère et aux paroles évocatrices qui touchera d’autant plus l’auditeur par ses passages dépouillés.

Avec « Reaching Hypercritical », Palisades signe une création riche qui témoigne du talent des musiciens. Ceux-ci parviennent à mêler habilement des titres puissants à des compositions pudiques, et ce toujours avec une finesse qui leur permet d’aller au-delà du Metalcore un peu répétitif dont on peut avoir l’habitude. La plus grande force du groupe réside cependant dans sa capacité à ne jamais laisser les émotions prendre le dessus au détriment de la composition, ni l’inverse.