LENG TCH'E
Plus d'infos sur LENG TCH'E
Grindcore

Razorgrind
Shades Of God
Journaliste

LENG TCH'E

«Ni une, ni deux, on en prend plein la tronche dès le démarrage avec les véloces ''Gundog Allegiance'', ''Indomitable'' et ''Cibus'', des titres dans la grande tradition Death/Grind»

14 titres
Grindcore
Durée: 37 mn
Sortie le 25/08/2017
9138 vues
Il aura fallu attendre 7 ans avant que Leng Tch'e (que l'on prononce ''lingchi'') ne se rappelle à notre bon souvenir. 7 ans c'est long, c'est vrai, mais les aléas et les impondérables de la vie dans le scène Metal font que parfois, il faut savoir être patient. Toujours est-il que nous n'allons pas bouder notre plaisir de voir les Belges revenir en force avec un tout nouvel opus, le bien nommé Razorgrind.

Quand on parle de Metal et de Belgique, on ne peut s'empêcher de penser directement à Aborted, chose logique tellement la bande de Sven de Caluwé marque de son empreinte son époque. Pourtant, Leng Tch'e (dont Sven de Caluwé est en ancien membre) n'est pas en reste, depuis 2002 les gaillards n'ont pas moins de 9 sorties avec Razorgrind, avons que c'est plus que pas mal.

En plus d'être le titre de leur nouvel album, Razorgrind, c'est aussi le style par lequel se définit Leng Tch'e : un savant mélange de Grind, Hardcore, Death Metal avec quelques zestes de Doom, Stoner Rock et Metalcore. Tout un programme diront certains, mais loin d'être indigeste puisque les Belges sont des experts et savent doser tous les ingrédients cités pour créer un Metal Extreme solide, puissant et groovy à la fois. Ni une, ni deux, on en prend plein la tronche dès le démarrage avec les véloces ''Gundog Allegiance'', ''Indomitable'' et ''Cibus'', des titres dans la grande tradition Death/Grind avec de violentes accélérations nuancées par des passages mi-tempo et des vocaux tantôt gutturaux, tantôt hurlés. Des bonnes gifles comme les connaisseurs les aiment, et ce n'est pas le surpuissant ''AnarChristic'' qui mettra le doute. Mais Leng Tch'e peut se la jouer plus lourd et faire ressortir quelques touches de Doom, c'est le cas avec les très bons ''Stendor of Doom'', ''Magellanic Shrine'' et ''Redundant'' où les Belges montrent un visage plus malsain. l'autre aspect intéressant de Razorgrind, c'est la diversité qui le compose, si effectivement la base est violente eu égard aux styles proposés, Leng Tch'e offre aussi des titres très complets où les changements de rythmes sont fréquents comme sur ''The Red Pill'' ou encore le très groove ''Guinea Swine'', sans pour autant faire baisser l'intensité générale du disque. Mais s'il y a bien un titre à ne surtout pas rater pour les amateurs de sensations fortes, c'est le terrible ''Cirrhosis'' qui est une véritable bombe sonore totalement taillée pour faire exploser le pit durant les concerts.

C'est un retour gagnant pour Leng Tch'e qui offre avec Razorgrind une oeuvre comme peu savent le faire dans le milieu du Death/Grind. La production est top, l'artwork très réussi et le contenu de haute facture. Au fond, 7 ans ce n'est pas si long quand on parvient à créer un album aussi bon.