GUS G
Plus d'infos sur GUS G
Heavy Metal/Shred
Chroniques

Quantum Leap
Fred H
Journaliste

GUS G

«De quoi ravir les amateurs d'albums instrumentaux, de soli de guitares et de métal mélodique»

12 (+7) titres
Heavy Metal/Shred
Durée: 45 min 59 (+31 min 16) mn
Sortie le 08/10/2021
1074 vues
Il faut bien l’admettre, avec un peu de recul, on était resté un peu sur notre faim avec le « Fearless » de Gus G. paru en 2018. Non pas que les qualités du maitre ès guitare grec soient à remettre en cause mais disons plutôt que le très bon et l’enthousiasmant côtoyaient aussi le plus (trop ?) « classique » voire le ratage total (la reprise metal sans subtilité de 'Money for Nothing' de Dire Straits)

Quoi qu’il en soit, le virtuose du manche est de retour avec son quatrième opus sous son (sur)nom, intitulé « Quantum Leap ». Ce nouvel effort est INTEGRALEMENT instrumental (on ne compte pas le méfait « Guitar Master » - lui aussi 100% instru – qu’il a commis en 2001 dans le cadre des Guitar Master series pour le label Diginet Music). Présentement donc, pas d’invités vocalistes en renfort, juste lui (ou presque) et sa gratte. En fait, à la base, notre quarantenaire (il a soufflé ses 41 bougies le 12 septembre dernier) était parti pour tout faire seul. Après réflexion, pour l’accompagner, le natif de Thessalonique a rameuté le batteur anglais Jan-Vincent Velazco (Pendragon, Steven Wilson) ainsi que le multi casquettes Dennis Ward (ici bassiste, coproducteur et co-compositeur, responsable du mix et du mastering) avec lequel il a déjà collaboré.

Depuis pas mal de temps déjà, les fans lui réclamaient (et poussaient pour) ce type d’album. D’abord réticent, le pourfendeur de riffs de Firewind et ex-Ozzy Osbourne s’est finalement laissé tenter. Du coup, le gars Konstantinos « Kostas » Karamitroudis (de son vrai blase) a mis à profit l’isolement imposé par les mois de quarantaines forcées de 2020 pour ressortir ses maquettes et bosser sur du nouveau matériel.

On le sait, la grande difficulté du skeud exclusivement instrumental est de réussir – par la diversité - à garder l’attention et l’intérêt de son auditoire sur la durée. Globalement, le disque se classe dans la rubrique du hard métal mélodique et énergique. Celles et ceux qui affectionnent les gros riffs qui tachent, la technicité (la cavalcade 'Fierce', 'Force Majeure' en coopération avec le sixcordiste Vinnie Moore) et le jeu de gratte hyper rapide vont appréciés (les déferlantes 'Exosphere', 'Judgement Day', 'Demon Stomp'). La maîtrise du musicien hellène donne le tournis. Ici et là, on tombe sur quelques plans Malmsteen-iens et plusieurs accointances Satriani-esques ('Not Forgotten').

Au milieu de tout cela, on trouve aussi quelques variations ('Into The Unknown' et ses accents progressifs). Paradoxalement (ou pas d’ailleurs), c’est justement quand notre shredder ne fait pas dans les mille notes à la minute que le résultat se révèle le plus intéressant ('Chronesthesia', la superbe ballade mid-tempo 'Enigma Of Life', le rythmé 'Night Driver').

Les partisans du monsieur peuvent se jeter sur la version digipack qui contient un CD bonus. Les sept titres live ajoutés ont été enregistrés au A38 de Budapest en décembre 2018, avec Will Hunt aux baguettes et l’ami Dennis Ward à la basse et au chant. Outre les morceaux extraits de « Fearless » (le diablement metal 'Letting Go', 'Mr. Manson', …, la revisite mode bourrin de 'Money For Nothing'), on trouve également une cover d’un incontournable de Thin Lizzy (le toujours sympathique 'Cold Sweat').

Ce « Quantum Leap » de Gus G. se destine en premier lieu aux amateurs de guitare et de métal mélodique. Même si on aurait apprécié un peu moins de « facilités démonstratives » et un peu plus de diversités histoire d’ouvrir les possibilités, on ne peut que saluer la prise de risque de la galette totalement instrumentale.