Pyre Of The Black Heart
Laurent Sage
Journaliste

MARCO HIETALA

«Un voyage émotionnel intense aux multiples sonorités. »

10 titres
Metal
Durée: 52 mn
Sortie le 24/01/2020
1115 vues
Jouer dans un groupe connu et renommé à des avantages : permettre à ses membres de pouvoir coucher ses aspirations musicales les plus profondes sans se soucier ( ou presque) du succès commercial. Pas sûr que le label l'entende de la même oreille non plus.

Marco Hietala est le bassiste de Nightwish et à ce titre, sa créativité peut parfois être bridée par les ''contraintes'' d'écriture du groupe. Avec cet album, Marco peut laisser entièrement son talent de compositeur en ''roue libre'' et laisser libre cours à son imagination.

C'est un album plutôt intimiste, voire introspectif qui est proposé à l'auditeur. Il faut tout d'abord comprendre et savoir que les finlandais sont très attachés à leur culture et il n'est pas rare que si vous vous rendiez dans un pub ou une boîte, vous entendrez aussi bien de la musique folkrorique finnoise que des titres rock issus du répertoire mondial. C'est vraiment une constante chez eux.

Les sonorités de leur folkore nous rappellent l'influence suédoise (viking) et russe que le pays a connu. ‘The Islander' en est pour moi un bon exemple. Mais je vais peut être me faire reprendre par des spécialistes étant moi même juste un ''amateur'' du pays.

Pourquoi ce préambule me direz vous ? Tout simplement pour vous signifier que vous n'aurez pas avec ce ''Pyre of The Black Heart'' une copie de Nightwish. Marco nous délivre là un album intimiste voire introspectif avec de nombreux titres reposant sur une ambiance à l'instar d'un '' The Islander ''. Il faudra peut être plusieurs écoutes pour vraiment entrer dans son univers mais une fois que vous y êtes, vous serez envoutés. Hormis le très puissant et électrique '' Runner of The Railways'' aux multiples facettes, avec des gimmicks à la guitare nous emmenant dans un folkore celte, un break ''folklorique'', un passage ''purpleien'' à l'orgue Hammond, des guitares rageuses, un morceau très intense.
Dans un registre beaucoup moins électriques mais néanmoins très puissant par l'émotion qu'ils dégagent, vous trouverez votre compte '' I am the Way'', qui débute au piano , la voix emplie de feeling de Marco nous touche d'entrée, l'ambiance monte crescendo, un pont à la guitare électrique, un refrain chanté avec passion, on est transporté, un solo rageur, une intensité qui ne s'arrête qu'à la fin du morceau. Prenant.
‘ Death March of Freedom', la basse de Marco claque, quelques percussions, une nappe de synthés en ''arrière plan'', une voix calme,posée, une guitare avec un riff saccadé, refrain puissant, une montée en puissance. Des montagnes russes sensorielles.
‘ I dream' est un morceau ''d'ambiance', lent ; la basse accompagne le chant posé de Marco jusqu'au pont où la guitare entre en jeu, le morceau gagne en intensité, puis finit calmement, Marco faisant passer ses émotions avec sa voix chaude et puissante.

Ce ''Pyre of The Black Heart'' permet à Marco d'être libre et de proposer des ambiances qu'il n'aurait sûrement pas pu utiliser avec ses autres projets. Ce n'est pas un album électrique au sens strict du terme, dans le sens où nombre de chansons sont plutôt portées par la voix et les ambiances que par un riff de guitare ''basique''. Néanmoins, le résultat est très prenant si l'on se donne la peine de plonger dans son univers.

Pour la petite histoire, il faut savoir que certaines chansons ont d'abord été écrites en finnois et traduites en anglais alors que d'autres ont été composées avec le processus inverse. Si vous êtes un collectionneur, sachez donc que l'album va sortir en deux versions : une finnoise et une anglaise.

En attendant le nouveau Nightwish, prenez part au voyage auquel vous convie Marco, vous passerez un moment bourré d'émotions avec lui.