Providence
United Rock Nations

DARKHAUS

6 titres
Synth Gothic Rock
Durée: 23 mn
Sortie le 27/03/2015
3694 vues
Après un premier album bien accueilli par les medias (« My Only Shelter » sorti en novembre 2013), voici que le combo de son leader Rupert Keplinger (guitares et claviers) remet le couvert avec un EP, « Providence ». Rappelons que deux membres de Pro-Pain officient à la basse (Gary Meskil) et à la guitare (Marshall Stephens).
Les titres de « Providence », composés pendant leur dernière tournée (fin 2014) se veulent plus puissants et spontanés. Alors c'est vrai qu'il n'y a que 4 nouveaux titres (majorés d'un titre live « Drive et d'une reprise acoustique de « Life Worth Living », deux titres originaux du premier opus) mais c'est toute la classe en matière de compositions et d'interprétation qui en ressortent à l'écoute.
« The Fire Within » qui ouvre le bal emballe avec ses grosses guitares introductives et son couplet aérien. Comme sur le premier album, les claviers apportent cette touche gothique qui fait de Darkhaus un sérieux concurrent à des groupes comme Him ou Paradise Lost.
Etrangement, alors que « The Fire Within » est un tube en puissance avec un refrain qui se retient facilement, c'est « Side Effect of Love » qui a été choisi et immortalisé dans un clip vidéo (lien ici). Moins facile d'approche à la première écoute, le titre conserve toute son efficacité quand il s'agit de mixer mélodies, clavier et grosses guitares.
« Providence », tout en restant dans un registre proche des deux premiers titres se distingue par ses guitares bien plus lourdes à la Rammstein et une ambiance bien plus angoissante matérialisée par des choeurs (présents dès l'intro) tribaux.
« Throwing Away » est une vraie perle, mélancolique à souhait. La voix de Kenny Hanlon est absolument sublime. Il s'agit d'une ballade principalement orchestrée par un piano et des guitares claires, flangées....bref ! Un titre plus éloigné des autres qui démontre que Darkhaus a plus d'un atout dans sa manche.
Si la version live de « Drive » n'apporte pas grand-chose en revanche la version acoustique de « Life Worth Living » montre à la fois la magnifique puissance vocale de Kenny et de nouveaux arrangements intéressants pendant le refrain.
Avec « Providence », Darkhaus atteint une maturité proche des grands de ce genre. Plus proche du rock gothique que du synth-rock, ces 4 titres montrent tout le potentiel que le quintette germano-américain possède. A quand le nouvel album, alors ?
DARKHAUS
Plus d'infos sur DARKHAUS
Synth Gothic Rock
Chroniques