SUPERSUCKERS
Plus d'infos sur SUPERSUCKERS
Rock - Punk
Chroniques

Play That Rock N' Roll
Fred H
Journaliste

SUPERSUCKERS

«Les Supersuckers aiment le rock and roll. Leur « Play That Rock N' Roll » est autant une déclaration d’amour au genre qu’un bon gros coup de pied au cul. Na !»

12 titres
Rock - Punk
Durée: 37'32 mn
Sortie le 07/02/2020
833 vues
Courant 2015, quelques semaines avant la sortie de leur méfait « Holdin’ The Bag », les membres des Supersuckers apprenaient que leur chanteur bassiste était atteint d’une saloperie de cancer à la gorge de stade 3 (bien avancé donc). La méga-tuile. Moins de 5 piges plus tard, après plusieurs opérations et traitements, il semble que cette merde soit de l’histoire ancienne. Tant mieux.

Pour leur retour et ce treizième opus, baptisé « Play That Rock N' Roll », les super branleurs ne varient pas de leur ligne musicale. Un gros tonneau de Rock N' Roll (bah oui c’est dans le titre, banane), une belle chope de punk, une pinte de Blues et un petit bock de Country. Rien de neuf sous le soleil de Tucson (Arizona) nous direz-vous. Qu’importe, tous au bar, c’est le trio qui régale. Comme la fois passée, les américains ne sont pas restés enfermer 6 mois en studios. Non, quatre petits jours pour tout boucler dans des conditions live. Rock N' Roll mer**, rien que du R...

Ici, on ne se prend pas la tête. Pas de fioritures, que du plaisir (la piste éponyme aux accents rockabilly, les Stray Cats ne sont pas loin). C’est du bon et gros vous-savez-quoi burné, « à l’ancienne ». Des beignes « Ramones-isantes » (le rapide 'Bringin' It Back') défouraillées par le gratteux « Metal » Marty Chandler et son comparse Christopher « Chango » Von Streicher aux baguettes, des faux-airs d’Ac/dc ('Deceptive Expectations' et son intro bluesy) et quelques sonorités rappelant Lemmy et son bombardier Motörhead ('Last Time Again'). Ca groove furieusement à grands renforts de riffs musclés ('That's A Thing') et de chœurs scandés ('You Ain't The Boss Of Me', le fédérateur 'Getting' Into Each Other's Pants').

Derrière son micro, Edward Carlyle Daly III alias Eddie Spaghetti (tu parles d’un blase) est remonté comme un coucou ('Ain’t Gonna Stop (Until I Stop it)' NdT : Je ne vais pas m'arrêter (jusqu'à ce que je l'arrête)). Bah non les garçons, ne vous arrêtez pas, surtout pas. On en redemande.

Un rien taquins, nos lascars nous pondent 2 reprises. Ils s’approprient une compo (l’entraînant 'Dead, Jail Or Rock 'n' Roll') du glam rocker finlandais Michael Monroe (ex-Hanoï Rocks). Plus surprenant, les 3 larrons revisitent énergiquement un titre d'origine rhythm and blues ('A Certain Girl', écrite par Allen Toussaint et enregistrée par le chanteur Ernie K-Doe en 1961).

Le terrain est balisé depuis des lustres (30 piges) mais clairement on s’en cogne. Les Supersuckers aiment le rock and roll. Leur « Play That Rock N' Roll » est autant une déclaration d’amour au genre qu’un bon gros coup de pied au cul. Na !