Pinewood smile
Fred H
Journaliste

THE DARKNESS

«Pouce en l'air donc pour le combo anglais qui nous file, avec ce bien nommé Pinewood Smile, la grosse banane à l'image du sourire ultra brite de la pochette. »

10-14 titres
Rock
Durée: 36 mn
Sortie le 06/10/2017
5533 vues
Retour en pleine lumière pour The Darkness et leur 5eme opus après un peu plus de 2 ans depuis la précédente livraison Last of Our Kind. Toujours emmené par les brothers Hawkins (Justin aux chants/guitares et Dan à la guitare), le groupe a intégré en 2015 – suite au départ d'Emily Dolan Davies - un nouveau compagnon derrière les fûts en la personne de Rufus Tiger Taylor, qui n'est autre que le fiston de mister Roger Taylor (batteur du légendaire Queen).

Dès le premier titre « All The Pretty Girls » le ton est donné au nom d'un Hard rock/glam bien ficelé. Rythmiques et grattes énervées, lyrics décalés, bonne énergie communicative et la voix chaude du chanteur. Dans la même veine, s'enchainent « Buccaneers Of Hispaniola », « Solid Gold » avec ses gros choeurs, « Southern Trains » et son riff qu'on croirait sorti d'un disque d'AC/DC ou encore « Lay Down With Me, Barbara » que n'aurait surement pas renié le regretté Phil Lynott. Bien que plus calme, « Why Don't The Beautiful Cry? », elle aussi très Thin Lizzyenne, offre un jolie pause. Pour chaque titre, on a le droit des mélodies bien accrocheuses et parfois à de belles envolées, sur « Japanese Prisoner Of Love » notamment, qui ne sont pas sans rappeler le groupe d'un certain Freddie Mercury.

Les compos sont de qualités (petite baisse en fin de parcours) et le temps parait bien court tout au long de ces 10 titres (14 sur la version deluxe/japonaise). Pouce en l'air donc pour le combo anglais qui nous file, avec ce bien nommé Pinewood Smile, la grosse banane à l'image du sourire ultra brite de la pochette. Bon brossage au dentibritish The Darkness.