Permanent Neurotic Beginner
Laurent Sage
Journaliste

FURIOUS ZOO

«Un nouvel album de Big Rock par l'infatigable Renaud Hantson. Un excellent cru.»

17 titres
Hard Rock Mélodique, AOR
Durée: 63 mn
Sortie le 16/11/2018
212 vues
Renaud Hantson, l'homme aux multiples projets ( Quand est ce que tu dors ? ) revient dans l'actualité musicale avec le neuvième album de Furious Zoo, la formation dans laquelle il est le plus lui-même, à savoir un rocker qui aime jouer sa musique dans les pubs et boire un coup avec ses fans. C'est tout à fait l'esprit de ce ''Permanent Neurotic Beginner'' qui est très proche de l'esprit Big Rock.

Le groupe propose ici un melting-pot de diverses ambiances et l'on passe ainsi au hard groovy de ‘Heaven Is' au metal de ‘It Kills Me' en passant par un rock aux rhétiques reggae de ‘Strong'. La présence de Pascal Mulot, son acolyte de Satan Jokers est on ne peut plus présente sur le brûlot qu'est ‘Face to Face' avec sa basse slappée. Ce morceau est vraiment un condensé de savoir faire en matière de hard rock qui balance : le refrain est fait pour entrer dans votre tête , les multiples breaks sont terribles, le timbre de Renaud est parfait pour ce style de morceau,un futur hit sur scène pour sûr. Les choeurs sont assurés par Butcho ex-Watcha.

Dans un registre plus ''cool'', ‘America' (reprise de David Essex , un titre de 1974) est un titre mid-tempo au refrain entêtant , avec ce groove qui donne envie de taper du pied, des choeurs , de la guitare et une furieuse envie de chanter le refrain. Encore une belle réussite. Le meilleur morceau de l'album pour moi.

Le groupe n'oublie pas non plus son côté plus metal avec des ‘It kills Me' (qui pourrait presque être présent sur un album de Satan Jokers'' . Aurelien Ouzoulias à la batterie n'y est pas pour rien) ou ‘Incredible' avec son riff old school, un solo dans un registre différent de Michael Zurita et mention au nouveau bassiste Dimitri Obolensky qui colle bien à l'esprit du groupe.

Les autres reprises sont top car le groupe ne se contente pas de rejouer ''simplement'' les morceaux mais se les approprie, ce qui est beaucoup plus intéressant musicalement parlant. Furious Zoo aurait effectivement pû écrire ces morceaux. L'émotion sur ‘Ain't No Sunshine' est palpable, la rage sur ‘Shool's Out' est présente et la voix de Renaud colle tout à fait au morceau. Quant à la reprise du groupe ''America'', ‘A Horse With No Name', elle ''vitaminise'' ce titre, et encore une fois, la science du refrain vous imprime la mélodie dans le crâne.

Michael Zurita fait étal de son jeu avec un morceau à la guitare sèche et à l'inspiration on ne peut plus espagnole ‘Fernando & Lucia'. Olé !

Sont bien sûr présentes des balades, au nombre de trois. N'étant pas très fan du genre (on ne se refait pas) , je dois quand même reconnaître que l'émotion est présente. C'est là que l'on se rend compte de toute la palette de la voix de Renaud. Un bémol peut être sur ‘Hello From L.A' qui clôt l'album et qui aurait pu ne pas être présente.

Au final, un album qui permet aux amateurs de Big Rock de trouver un pendant français aux productions américaines et aux personnes ne connaissant Renaud Hantson que via Satan Jokers, de découvrir une autre de ses facettes.


FURIOUS ZOO
Plus d'infos sur FURIOUS ZOO
Hard Rock Mélodique, AOR