OUR MIRAGE
Plus d'infos sur OUR MIRAGE
Melodic Hardcore

Lifeline
Enora
Journaliste

OUR MIRAGE

«« Lifeline », un album sur les faiblesses humaines et les combats que chacun traverse dans son cheminement quotidien vers un futur souvent mystérieux et inquiétant»

11 titres
Melodic Hardcore
Durée: 43 mn
Sortie le 24/08/2018
3862 vues
ARISING EMPIRE

Our Mirage connaît un décollage incroyable puisqu'après la formation du groupe et la sortie d'un premier single l'année dernière, les Allemands dévoilent dans la foulée quatre autres singles et signent chez Arising Records pour leur premier album : « Lifeline » autour du projet suivant : « Hard hitting lyrics with heart hitting music » qu'on pourrait traduire ainsi : « Des paroles fortes avec de la musique frappant au coeur » sur des sujets comme la dépression, l'anxiété, les incohérences et instabilités de nos sociétés et même le suicide. Voyons si le pari est réussi…

Impossible de se tromper avec « Lost », on met bien les pieds en plein dans la scène Metalcore/Hardcore, avec cependant une certaine retenue. Les lignes de guitares se superposent doucement, à la manière des fils d'une toile d'araignée, et la voix claire de Timo Bonner, qui évolue parfois en voix screamée, trouve parfaitement sa place sur cet ensemble. Tout semble rassemblé pour donner naissance à un très bon album alors voyons voir si tout est dans ce registre ! L'ouverture de « Believe » laisse présager quelque chose dans le même ton, mais peut être de façon plus atmosphérique et mélodique, et après tout, le groupe se revendique de la branche Melodic Hardcore. Dans un genre qui n'est pas sans évoquer Parkway Drive, le chanteur d'Our Mirage pose son scream sur une ligne musicale légère et discrète pour un effet des plus réussi. La guitare de Steffen Hirzprend davantage de libertés et fait concurrence à la voix. « Revivor » débute par une composition rythmique sobre mais qui tire justement sa puissance de sa simplicité. Le projet du groupe prend alors tout son sens : donner à la musique du sens pour toucher les gens sur leurs problématiques quotidiennes les plus sombres comme la dépression ou le suicide. On se laisse prendre au jeu et on s'identifie aux paroles de ce jeune groupe a l'ambition affichée ! Le titre éponyme arrive ensuite, marqué par un duo rythmique tout à fait efficace, et en particulier une basse bondissante. Manuel Möbs, le bassiste, joue un grand rôle dans le succès de ce titre qui pourrait sembler mielleux et trop édulcoré à certains. Je le reconnais, la partie vocale est moins riche que sur les précédentes chansons mais instrumentalement, tout est là !

« Nightfall », le morceau suivant, est en fait le tout premier single que le groupe a sorti, en 2017, et qui est à l'origine de son succès fulgurant. De nouveau, l'association musique calme et légèrement mélancolique et scream fonctionne et le groupe nous emporte dans un monde mi-onirique mi-cauchemardesque où les obstacles de la vie trouvent une résonnance et une traduction artistique. Le timbre clair de Timo Bonner mérite réellement d'être souligné tant il est puissant mais jamais dans l'exagération. La sincérité domine d'ailleurs la performance du groupe, ce qu'on peut sans doute attribuer à leur jeunesse mais espérons qu'ils continuent dans cette voie. Une nappe électro sert d'introduction à « My Distress ». La basse se démarque sous la voix screamée, simplement accompagnée d'une rythmique et de quelques notes de piano. Our Mirage reste dans la mesure et ne surcharge pas ses compositions, faisant passer un message avec la plus grande simplicité. N'hésitez pas à prêter attention aux paroles, le combat des musiciens y transparaît toujours, révélant parfois des vérités glaçantes, et parfois laissant deviner des souffrances secrètes. « Honesty » est un discours parlé sur une composition classique et émouvante auquel je vous conseille de prêter une oreille attentive.

« Fading » commence dans la foulée avec une énergie redoublée. Musicalement, on reste dans quelque chose d'assez traditionnel dans l'univers du Metalcore/Hardcore mais cela pousse à se concentrer encore davantage sur le discours que tiennent les musiciens à travers les paroles et les émotions suscitées par leur musique. L'aspect mélodique n'est cependant jamais mis de côté et le groupe se tient à sa feuille de route avec une précision surprenante. La froideur de l'hiver s'insinue doucement en nous mais « December » reste une chanson brûlante de fougue, proposant parfois des interludes plus tristes et sombres, en particulier grâce à une association de chant clair et de notes très aiguës. Our Mirage semble davantage à fleur de peau sur la belle « Heartbeat », glaçante et incroyablement touchante à la fois. Manuel Möbs à la basse et Daniel Maus à la batterie alimentent une ligne rythmique entraînante alors que la guitare tisse une mélodie en réponse à la voix. Le point commun de toutes ces chansons est que leurs sujets, souvent dramatiques, n'entament en rien la motivation du groupe qui nous abreuve de lumière et de bienveillance en abordant des problèmes souvent stigmatisés et pourtant de plus en plus répandus. La conclusion est brillante avec l'excellente « The Unknow » que je vous invite très sincèrement à écouter tant le talent de Our Mirage s'y trouve concentré !

« Lifeline » est l'incarnation du combat que chacun traverse en renonçant au monde de l'enfance pour se consacrer à une vie adulte que le monde moderne nous impose, ce qui ne se fait pas sans cassure. Our Mirage s'empare de ces blessures, parfois encore fraîches, et les illumine dans leur laideur, souligne leur imperfection, et en fait finalement des objets d'adoration car, sans nos faiblesses, que serions-nous ?