HOODED MENACE
Plus d'infos sur HOODED MENACE
Death/Doom Metal

Ossuarium Silhouettes Unhallowed
Herger
Journaliste

HOODED MENACE

«Avec ce ''Ossuarium Silhouettes Unhallowed'', Hooded Menace peut se targuer de sortir un des meilleurs albums dans son style de prédilection. Une musique lourde et mélancolique qui propose de belles mélodies sur fond de riffs pachydermiques.»

6 titres
Death/Doom Metal
Durée: 45 mn
Sortie le 26/01/2018
8763 vues
Les finlandais de Hooded Menace ont choisi cette fin de mois de janvier 2018 pour sortir leur nouvel album nommé ''Ossuarium Silhouettes Unhallowed''.
Pour information, le groupe existe depuis une douzaine d'années et a connu quelques changements dont le dernier et plus notoire est l'arrivée d'un nouveau chanteur en la personne de Harri Kuokkanen et le line up s'est stabilisé autour de son leader Lasse (aka Leper Messiah).
Le groupe est devenu, grâce à à ses diverses réalisations un ensemble qui compte dans le style qu'ils affectionnent : le Doom Death. Et ce n'est pas avec ce nouvel opus que la donne va changer car ils ont encore réussi à se surpasser.

Par rapport à ses prédécesseurs, Hooded Menace a raccourci son propos puisque seul ''Sempiternal Grotesqueries'' dépasse les dix minutes, la majorité des titres tournant autour de 7 à 9 minutes. Seule exception, ''Black Moss'' qui clôture l'album qui ne dure que quelques minutes. Son but est de finir l'opus en interlude en proposant des parties acoustiques douces et mélancoliques. Le fait de réduire la durée des titres a permis d'augmenter l'ambiance dégagée par ces compositions de Doom classieux.

Car on peut y entendre des riffs d'une lourdeur pachydermique, mêlés à des mélodies que n'auraient pas renié Paradise Lost dans leur période ''Icon'' et ''Draconian Times'' ou Cathedral et Candlemass.
Hooded Menace ne se cantonne pas qu'à des rythmes lourds et lents car des riffs Death et rapides peuvent également être entendu, rappellant les vicieux d'Autopsy.
Pour cela il faut écouter ''Sempiternal Grotesqueries'' qui illustre ce mélange de riffs lents et lourds à ces accélérations tranchantes toujours aidés par les mélodies.

L'arrivée de Harri Kuokkanen amène quelque chose de plus que son prédécesseur, plus limité : plus de profondeur dans les titres et il est bien complémentaire avec la lourdeur des compositions.
Sa voix me rappelle celle de Chris Refeirt (en beaucoup moins dégueulasse) ou celle de Nick Holmes sur ''Lost Paradise'' ou encore celle de Nocturno Culto sur l'album Death de Darkthrone ''Soulside Journey''.
Seule déception, le mixage reste en retrait de ses parties vocales : ''Cathedral of Labyrinthine Darkness'' en est un exemple mais j'aurais pu citer un autre titre comme ''Charnel Reflections'' .
A noter la présence de la chanteuse Jem de Coltsblood qui chante dans un style narratif sur ''In Eerie Deliverance''.

Avec ce ''Ossuarium Silhouettes Unhallowed'' , Hooded Menace peut se targuer de sortir un des meilleurs albums dans son style de prédilection. Une musique lourde et mélancolique qui propose de belles mélodies sur fond de riffs pachydermiques.