Orphans
Enora
Journaliste

THE AGONIST

«« Orphans », un album brillant sur lequel The Agonist déploie un univers d'une richesse inouïe et qui s'inscrit parfaitement dans le courant moderne du Death/Metalcore»

10 titres
Melodic Death Metal/Metalcore
Durée: 43 mn
Sortie le 20/09/2019
170 vues

Si on ne reviendra pas sur les détails des différents entre The Agonist, formé en 2004, et leur ancienne chanteuse, Alissa White-Gluz, partie en 2014 et qui officie désormais pour Arch Enemy, il reste clair que les deux groupes ont des choses à régler. Depuis l'arrivée de Vicky Psarakis, le groupe a sorti « Eye of Providence » en 2015 et « Five » en 2016. Trois ans plus tard, c'est le prometteur « Orphans » qu'ils nous proposent de découvrir !

Tel le chant des sirènes duquel Ulysse protège son équipage tout en s'y soumettant lui-même, The Agonist nous offre les très belles premières secondes d'‘In Vertigo', portée par une voix lyrique féminine lumineuse et délicate, en contraste absolu avec la brutalité de ce que les guitares virtuoses de Danny Marino et Pascal Jobin proposent peu après. Aussi brutal que soit cet écart, l'équilibre est maintenu par touches. Les amateurs de Jinjer retrouveront sans doute quelques influences plaisantes sur ‘As One We Survive', incroyablement technique musicalement et avec une Vicky Psarakis saisissante de maîtrise !

Avec ‘The Gift Of Silence', The Agonist poursuit dans cette bonne lignée avec davantage de groove grâce au travail du duo rythmique Chris Kells à la basse, mise en avant par un beau mixage, et Simon McKay à la batterie. Vocalement, on retrouverait presque du Maria Brink à ses début sur les parties les plus Metalcore, alors que certains titres, à l'image de ‘Blood As My Guide' se placent dans une veine bien plus Death Metal, parfois même très référencé old school. Et pour ceux que l'interlude laisse sans voix, n'hésitez pas à jeter une oreille au groupe japonais Kaimokujisho ! Après ça, ‘Mr. Cold' est presque une formalité dans un genre plus libre, tendance qui se retrouve avec bonheur sur ‘Dust To Dust', porté par des guitares ronronnantes et une voix rugissante.

La batterie devient meurtrière sur ‘A Devil Made Me Do It' qui offre de beaux contrastes avec des passages presque mélodiques très agréables et rendus convaincants grâce à l'investissement sans faille du groupe. ‘The Killing' porte à merveille son nom tant on devine la folie collective qui s'emparera des fosses lorsque le groupe balancera cette bombe musicale sur scène. Avec ‘Orphans', The Agonist propose une véritable fresque musicale à ses auditeurs, progressive et nuancée. Entre Melodic Death Metal et Technical Death Metal, les musiciens semblent être déterminés à défendre cet album ! La conclusion, ‘Burn It All Down' vous laissera probablement avec une envie d'en entendre davantage, surtout si c'est d'aussi bonne qualité.

« Orphans » est un album tout simplement brillant qu'il serait tragique de manquer tant The Agonist y déploie un univers d'une richesse inouïe ! Le groupe y signe un hommage à des groupes et artistes légendaires tout en s'y faisant une place de choix et s'inscrivant parfaitement dans la lignée du Death/Metalcore actuel !




THE AGONIST
Plus d'infos sur THE AGONIST
Melodic Death Metal/Metalcore
Chroniques
Five
2016