OPERATION: MINDCRIME
Plus d'infos sur OPERATION: MINDCRIME
Progressive Metal/Rock
Chroniques

The New Reality
Herger
Journaliste

OPERATION: MINDCRIME

«Une demi déception par rapport au travail des deux premiers albums de ce projet. Un manque d'inspiration flagrante.»

12 titres
Progressive Metal/Rock
Durée: 58 mn
Sortie le 01/12/2017
4884 vues
Lorsque l'on écoute la musique d'Operation: Mindcrime, on pense directement à l'album éponyme mythique des américains de Queensrÿche sorti en 1988. Et ce n'est pas un hasard, car ce groupe a bien un rapport avec la formation de Seattle, puisqu'il a été formé par Geoff Tate, le chanteur de Queensrÿche.
Suite à des litiges avec ses anciens compagnons de route, il a décidé de partir en solo, faisant appel à des musiciens expérimentés qui sont notamment passés par Megadeth, Queensrÿche ou AC/DC pour ne citer qu'eux.
Cet album sort chez Frontier Records et c'est le troisième d'une trilogie suivant un concept à la Matrix et marquant aussi la fin du groupe, selon les dires du leader.
Les titres ont été enregistrés en même temps que les morceaux des albums antérieurs pour un résultat quelque peu mitigé, à mon humble avis.

Pour ceux qui auraient jeté une oreille sur les deux premiers albums, vous ne serez pas du tout dépaysés par le contenu de ces compositions, au contraire, car il est dans la droite ligne de ''The Eyes'' et ''Resurrection''. Mais à la différence de ces compositions, il y a là une nette baisse d'inspiration.
N'oublions pas que les morceaux ont été élaborés à la même époque. Mais ici, l'impression qu'elles sont un troisième choix par rapport aux deux premiers albums est tenace. On y entend beaucoup de synthés et les grattes sont mises un peu en retrait, comme par exemple sur le morceau ''Tidal Change''. A contrario, ''Wake Up'' est toutes guitares dehors.
On ne peut pas dire qu'il y ai des titres qui sortent du lot, à part peut-être ''A Guitar In A Church?'', titre instrumental et progressif à l'ambiance calme ou ''The Wave'' et son atmosphère futuriste.
Par contre, il faut reconnaitre que le rendu est bon car ces morceaux ont été interprétés par des musiciens qui ont de la bouteille et l'on peut ressentir de la maîtrise… sans véritable inspiration.

Néanmoins, la qualité de la voix de Tate ne change pas et est maîtrisée tout au long de l'album. Dès les premières paroles, ce timbre qui a fait les beaux jours de Queensrÿche pendant quelques décennies se reconnaît et n'a rien perdu, comme on peut l'entendre sur le titre très balade « The Same Old Story ». C'est vraiment l'atout maître de l'album, car la voix de Tate n'a rien perdu depuis sa période glorieuse de ''Operation: Mindcrime''.

Une demi déception par rapport au travail des deux premiers albums de ce projet. Un manque d'inspiration flagrante.