ONI
Plus d'infos sur ONI
Progressive Metal

Ironshore
The Effigy
Journaliste (Belgique)

ONI

«Techniquement irréprochable, Oni est un groupe à surveiller de très près au vu de ses nombreuses qualités.»

9 titres
Progressive Metal
Durée: 49 mn
Sortie le 25/11/2016
4092 vues
Oni, groupe de progressive metal-core venant des îles Cayman a trouvé son nom dans le folklore japonais. Au départ les onis sont des esprits malfaisants qui causaient de nombreux désastres, actuellement ils sont simplement décrit comme des démons et peuvent même être pris comme protecteurs. Le choix du nom colle assez bien au groupe au vu de la folie musicale dont il fait preuve. Oni a vu le jour en 2014 sous l'impulsion de Jake Oni, vocaliste, et avait pour but de devenir une entité musicale encore jamais entendue dans le monde de la musique. Plusieurs choix ont été appliqués dans ce sens ; être technique, déstructuré mais réussir à construire des morceaux sur lesquels le fan pourra s'amuser, headbanger sans pour autant être perdu dans la complexité. Pour se donner un son personnel, le groupe se dote aussi d'un membre jouant exclusivement du xylo-synthé sur tout l'album. Ce choix plutôt original et osé pourra néanmoins en rebuter certains qui se lasseront de ce son particulier.

Chaque titre de l'album apporte son lot de contradictions, de la grâce à la violence, d'une voix décharnée à souhait au chant mélodique alliant la douceur et la joie, le groupe voyage dans un territoire emplit de sentiments divers, à coup de saccades propre au metalcore mais contrairement à nombres de sous groupes allant à la simplicité, Oni dévoile un nombre incroyable de prestations techniques dans ces chansons. Il faut être de haut niveau pour jouer dans ce groupe, aussi bien les subtilités diverses de la batterie que la fougue du doigté de la basse sont à la hauteur des guitares démonstratives.

Le titre d'ouverture « Barn Burner » dévoile à lui seul toutes les possibilités du groupe. Violent, technique et accrocheur, tout est là pour que l'auditeur reconnaisse la valeur du groupe. Un titre comme « The Only cure » d'une essence plus simple mais bien groovy se voit gagner en intérêt grâce à la participation de Randhy Blyte (Lamb Of God), loin d'être le meilleur morceau, les fans de Randhy seront toutefois heureux de pouvoir le retrouver sur ce featuring.

La grosse pièce de l'album « The Science » d'une longueur de onze minutes voit même le groupe passer par un moment soul qui permet de respirer dans ce déluge de notes. De nombreux titres sont semblables dans la construction, que ce soit « Kanvas », « Spawn And Feed » ou encore « Thrive », le groupe use et abuse de taping et de solos par dessus l'ultra-violence des saccades alors que le chant continuera de varier entre cris et mélodies.

Si l'album sonne impeccablement bien, il aura assez difficile à séduire les masses, en effet si l'écoute d'un seul morceau peut littéralement vous mettre sur le cul, l'ensemble pourra provoquer un risque d'indigestion pour les moins avertis. Techniquement irréprochable, il manque une touche émotionnelle essentielle pour véritablement marquer l'auditeur. Pour une première sortie studio, c'est malgré tout une réussite assurée mais pour ce qui sera d'accrocher un maximum de public, le groupe risque de constater qu'il s'est peut-être lui même mis des barrières. Oni reste toutefois un groupe à surveiller de très près au vu de ses nombreuses qualités.