One More For The Road
The Effigy
Journaliste (Belgique)

THE NEW ROSES

«The New Roses a composé de très bons morceaux et publie un album de qualité !»

13 titres
Rock-blues
Durée: 55 mn
Sortie le 25/08/2017
11922 vues
Le groupe allemand The New Roses s'est formé en 2007 sous l'impulsion du guitariste-chanteur Timmy Rough et du batteur Urban Berz. Le line-up du début a vu le bassiste Stefan Kassner et le guitariste Dizzy Presley être remplacé par Norman Bites (guitare) et Hardy (basse) en 2014.

Un premier e.p. portant simplement le nom du groupe sort en 2012. L'année suivante l'album « Without A Trace » ouvre les portes au groupe pour commencer à tourner plus sérieusement. En 2016 l'album « Dead Man's Voice » remporte un vif succès les menant sur les scènes internationales. Battant le fer tant qu'il est chaud, cette année voit la sortie d'un nouvel album après une tournée en première partie de Dead Daisies.

L'ouverture se fait dans la joie avec « Quarter To Twelve ». Un bon rock 'n' roll mélange de Quireboys et Black Crowes dans un rythme up-tempo qui fait balancer les hanches de gauche à droite. Le groupe donne le ton d'un album qui sent bon le rock énergique et festif. Le mid-tempo « My Own Worst Enemy » se prête à merveille au jeux. Purement rock avec un refrain super accrocheur. La voix arrachée de Timmy nous conte une histoire avec conviction. Son timbre de voix nous transporte dans un bar mal famé avec l'impression de voir le groupe sur une vieille scène en bois.

« Forever Never Comes » fait office de tube à l'écoute. Encore un refrain qui se retient facilement et nous donne la pêche avec la poussée des choeurs l'accompagnant. Plus typique comme composition, « Dancing On A Razor Blade » reste un très bon morceau du genre. Le groupe s'approprie peut être des plans classique du rock moderne mais son énergie fait le reste pour que l'on y succombe malgré tout.

Une guitare, une batterie, et un titre à la « Jailhouse Rock » pour les couplets. « Consider Me Gone » tranchera de par son refrain plus doux. Ce ne sera pas le cas de « Life Ain't Easy » qui nous ramène dans la campagne du sud américain avec son petit soupçon de country dans son rock plus posé. L'énergie ne tarde pas à revenir sur « Every Wild Heart ». Le groupe excelle dans les refrains qui se gravent dans la tête de l'auditeur.

Guitare acoustique pour « Fight You Leaving Me » dans ses couplets. La puissance du groupe se fera dans des refrains à tonalité dramatique. Ce titre est un slow qu'un certain Aerosmith n'aurait pas dédaigné dans sa discographie. « The Same Moon » et son petit air Zeppelinien donne dans la lourdeur et fait un bel effet grâce notamment à de bonnes lignes de guitares.

Terriblement banal malheureusement ce « Piece By Peace Of Mind ». Le titre à tempo rapide n'est pas mauvais mais n'accroche pas vraiment. Alors que bien plus calme, accompagné d'orgue Hammond, « One More For The Road » fait très bien le boulot. Belle mélodie vocale et accompagnement de qualité en font un très bon titre. Logiquement il fait office de clôture à l'album, mais le groupe étant généreux, trois titres bonus sont offert en cadeau à l'auditeur.

Le premier très bon bonus « Do I Look Scared To You » est super énergique. Un bel échange entre les solistes et le refrain entraînant en font un titre qui aurait du simplement être sur l'album sans être appelé titre bonus. Il en va de même pour le slow « The Storm » qui possède une qualité équivalente à tout l'album. Enfin, ne nous plaignons pas d'avoir des bonus qui ne sont pas que des titres rejetés parce que pas assez bon. La clôture réelle de l'album se fait sur un « Nitro Night » up-tempo mais beaucoup plus banal.

Alors pour le style, le groupe ne révolutionne absolument rien. Et c'est justement par amour au genre que tout les codes se retrouvent ici. Le plus important est de savoir si le résultat est là. Et oui, mille fois oui ! The New Roses a composé de très bons morceaux et publie un album de qualité qui fera plaisir à tout les fans du rock-hard bien calibré. Pour notre part, pas besoin de vous préciser que l'on y adhère les yeux fermés et les oreilles bien grandes ouvertes.