One Alone
Fred H
Journaliste

WILLIAM DUVALL

«La première oeuvre en solitaire (tout en acoustique) de l'autre chanteur/guitariste d'Alice in Chains est plutôt réussie et prometteuse pour une suite qu'on espère pas trop lointaine.»

11 titres
Rock
Durée: 44'19 mn
Sortie le 04/10/2019
274 vues
DVL RECORDINGS
Succédant à Layne Staley décédé en 2002, cela fait maintenant 13 piges (déjà) que William DuVall est le co-chanteur / guitariste (avec Jerry Cantrell) d'Alice In Chains. Avant de rejoindre la formation originaire de Seattle, ce grand black à la coupe afro a fait partie de pas mal de combos orientés punk hardcore (Neon Christ, Bl'ast!, …) ou rock hard (Comes With The Fall). Le format « groupe » il connaît.

Bref, après trois opus studios (« Black Gives Way To Blue », « The Devil Put Dinosaurs Here » et « Rainier Fog ») et plusieurs tournées avec AIC, ce natif de Washington, D.C. a décidé de se frotter à l'exercice difficile de la petite escapade en solitaire. Dixit l'intéressé, cette première sortie sous son propre nom est « une étape parfaitement logique. Un point de départ idéal pour de futures livraisons en solo ». Sur ses différentes réalisations parues jusqu'ici il y avait bien souvent des grattes saturées et une bonne section rythmique basse/batterie en soutien. Dans le cas présent, le musicien a choisi de proposer une association guitare en mode acoustique et une voix. L'objectif est simple : Faire le plus épuré, le plus authentique possible et qu'importe alors si quelques petites « imperfections de l'instant » s'immiscent ici et là. L'américain a pensé son disque comme un moment intime. Il est là, à coté de nous, dans un coin de notre salon.

Certaines chansons ont été écrites il y a déjà plusieurs années. Elles sont en fait des versions retravaillées en mode débranchées de morceaux prévus à l'origine pour Comes With The Fall. D'autres titres, plus récents, sont des titres spécialement composés pour cet effort. Inspiré par des événements de vies qu'il a observés autour de lui, William nous parle de peines de coeur(s), de séparations, … (le délicat 'Still Got A Hold On My Heart', le touchant 'Chains Around My Heart'). Avec sa voix chaude, s'accompagnant uniquement de sa six-cordes, le quinqua décoche de jolies mélodies accrocheuses ('Strung Out On A Dream', 'The 3 Wishes' ,'Smoke And Mirrors', 'Keep Driving Me Away'). Le skeud a beau être 100% acoustique, une attention particulière (assurément voulue par l'artiste) a été mise sur le son, les arrangements ('‘Til The Light Guides Me Home', le presque joyeux 'So Cruel' et ses variations nombreuses) et le mix des différentes pistes (le sombre 'The Veil Of All My Fears' avec la guitare folk dominant sa voix plus en retrait). Bien que l'ensemble soit globalement plutôt mélancolique (le doux 'White Hot'), l'homme est aussi plein d'espoir ('No Need To Wonder' qui clôture la rondelle).

Avec ce « One Alone » d'une grande sobriété, William DuVall signe une première oeuvre personnelle, plutôt réussie et prometteuse pour une suite qu'on espère pas trop lointaine.