NUMENOREAN
Plus d'infos sur NUMENOREAN
Post-Black Metal
Chroniques
Adore
2019

Home
Anibal BERITH
Journaliste

NUMENOREAN

5 titres
Post-Black Metal
Durée: 44 mn
Sortie le 22/07/2016
4427 vues
Lorsque j'ai découvert l'artwork atroce de ce premier album des canadiens Numenorean originaires de Calgary et officiant dans un post black metal torturé et pessimiste, j'ai voulu en savoir plus! D'autant que la brutalité de la cover ne se ressent pas dans les riffs, ni les blasts mais dans l'ambiance. Le quintet a donc une vision bien précise de la vie qui peut sembler simpliste mais qui peut se défendre.

Dans un univers teinté de riffs mélancoliques, agrémentés de passages violents et où l'on semble voir la lumière par moment, Numenorean traite de la sensation de la perte et de l'inaccessible. L'être humain se gargarise de sa réussite sociale, familiale, se complet dans l'acquisition de biens matériels ou s'enivre de substances illicites pour cependant rechercher l'innocence qu'il avait lorsqu'il n'était qu'un enfant, innocence qu'il ne retrouvera plus sauf dans la mort.

Cette vision commune au groupe formé de Byron Lemley ( Guitare/Chant), Brandon Lemley (chant), Rhys Friesen (Basss/Chant), Roger LeBlanc (Guitare/Chant), David Horrocks (Batterie), a donné naissance à cette petite fille morte démontrant ainsi le fait que de ne pas grandir, de ne pas devenir adulte, elle préservera cette innocence et ne vivra ni la douleur, ni la tristesse.

Le combo cherche ainsi à attirer son auditeur dans un voyage, celui de la vie retranscrit au travers des 5 titres de la galette en 3/4 d'heure, c'est dire si chacun des morceaux est riche!

C'est par le thème de l'innocence du titre éponyme de l'album que l'oeuvre prend place. C'est par des cris angoissants de femme, des pleurs de tristesse sur fond de larsen que le voyage démarre; douceur des riffs, puis c'est l'avalanche de violence, basse démontée, blast beat dévastateurs, sur une mélodie post rock et chant hurlé. Un peu plus de 9 minutes naviguant entre la douceur et la violence aux nuances musicales subtiles qui colorent les longues parties instrumentales de la composition. On constatera au fil des créations du quintet qu'une grande part des créations est consacrée à la musique en tant que telle. Pour appuyer cette précision, 'Shoreless', le titre le plus court, est entièrement instrumental, interprété en mode acoustique accompagné de quelques roulement de tambour, afin de générer à l'auditeur le sentiment d'impuissance que l'on peut ressentir en tant qu'Homme.

Il faudra en passer avant tout par le questionnement de soi évoqué par 'Thirst' qui monte en puissance vers un black metal radical et brutal aux riffs lancinants et pénétrants. On perçoit la mélancolie dans la mélodie, le chant est encore plus torturé que précédemment; il prend d'ailleurs toute son ampleur par les multiples voix présentes tout au long du titre. Ambivalence de la compo, la vie et ses surprises, bonnes et mauvaises! Globalement une chanson agressive et qui finira en douceur.

Puis c'est la déception, la dure loi de la vie telle que la voit Numenorean, 'Devour' ou la vie qui nous détruit à petit feu. Un titre moins violent et pas pour autant moins agressif. Un tempo plus lent mais des riffs plus accrocheurs, plus rapides avec une sonorité plus catchy créant une mélodie prenante et conférant une atmosphère volumineuse à la chanson.

Enfin, la délivrance de 'Laid Down', faire la paix avec soi-même, avec ce que l'on est devenu pour aller vers le néant. Bien que l'intro soit tempérée, la brutalité monte, se fait sentir et se prend en pleine face! Les plus de 11 minutes de ce dernier titre seront ponctués de plans atmo, planant exprimant l'accalmie de ce dernier combat avec soi-même et ainsi nous amener vers la fin en toute quiétude, en douceur sur la dernière minute.

Après une démo en 2014, le quintet canadien nous livre son premier album à l'artwork dérangeant et qui trouve tout son sens dans la musique exprimée tout au long de 'Home'. Une vision pessimiste de la vie qui n'offre que peu d'alternative dont le thème principal trouve sa place dans ce post black metal à la teinture mélancolique et ses envolées brutales. Ne pas hésiter à écouter plusieurs fois pour pénétrer l'univers torturé de Numenorean et en percevoir toutes les subtilités. Je recommande!

Anibal Berith.