NUCLEUS
Plus d'infos sur NUCLEUS
Death Metal

Sentient
Anibal BERITH
Journaliste

NUCLEUS

9 titres
Death Metal
Durée: 38 mn
Sortie le 15/04/2016
3952 vues
'Sentient' est le tout premier album des death metalleux américains Nucleus, tout jeune groupe datant de 2012 et déjà à la tête d'une démo et deux EP. 2016, le quartet se jette à l'eau avec cet album de 9 titres sur près de 40 minutes en proposant un death metal old school fortement inspiré des incontournables Obituary et Cannibal Corpse.
Dave Muntean (guitare/chant), Dan Ozcanli (guitare/chant), Ryan Reynolds (Basse) et Pat O'Hara (Batterie), originaires de Chicago, jouent sur un registre primant la diversité et la mélodie dissonante plutôt que sur la brutalité pure et dure dont les textes sont inspirés de thème Sci-Fi. L'inspiration des ainés se ressent plus dans les ambiances et sur quelques plans musicaux que sur la violence dégagée de ces derniers même si Nucleus ne fait dans la chorale!

Après une intro dissonante et dérangeante à l'atmosphère "quatrième dimension", Nucleus dévoile son jeu rapidement pour embarquer l'auditeur dans une spirale tabassante sur un tempo assez rythmé sans pour autant lui défourailler les tympans à coup de blast beat à 200 bpm ( 'Dosadi'). Comme sur l'ensemble de la galette, le growl est caverneux et les riffs assez simples au son plutôt clair. La production sonore met en avant la basse qui prend une place importante dans les compositions du combo qui s'avèrent majoritairement lourdes et glauques, 'Cantos', et 'Swarm' avec sa touche "cannibalcorpsienne" que l'on retrouve également sur le titre "Insurgent".

'Cube' se distingue des autres morceaux par sa rapidité et son intro catchy et directe. Ca accroche, ça tabasse sur un plan thrash offrant de la variété tout comme 'Ancient' qui avec son atmosphère sombre est un titre assez instrumental.

Les deux derniers titres du CD sont les plus variés et aussi les plus dissonants. 'Extirpate' est en sans cesse mouvement tantôt lourd, tantôt rapide matraquant ainsi l'auditeur toujours de façon surprenante laissant place dans un final très rapide au toujours très dissonant et très lourd 'Starflyer' qui virera doom au fur et à mesure du défilement des secondes conférant et affirmant l'esprit sombre des américains.

Ce premier album est plutôt une réussite pour le quartet de Chicago ayant su s'inspirer des cadors du genre tout en s'appropriant leur style sans pour autant innover et tout en préservant le côté old school de leur musique. La production est soignée, les titres de bonnes compositions offrant originalité et variété dans un univers ténébreux. Un second album devrait offrir davantage de créativité et décrocher le 4/5.

Anibal Berith.