Nothing But Wild
Laurent Sage
Journaliste

THE NEW ROSES

«Le hard US n'est pas mort et les allemands de The New Roses sont là pour le prouver»

13 titres
Rock-blues
Durée: 46 mn
Sortie le 02/08/2019
3453 vues
L'Allemagne nouveau berceau du hard US ? La question peut se poser avec ce quatrième album de The New Roses. Ce qui frappe lorsque l'on écoute leurs chansons (quelque soit l'album) c'est le son, avec une production beaucoup plus proche de la West Coast (mais non aseptisée) que du dernier Primal Fear résolument metal.

The New roses est un groupe allemand qui a compris quels étaient les codes du rock US et qui les applique de belle manière.

La voix de Timmy, qui à la base n'était pas chanteur mais saxophoniste ( il a commencé la guitare, en voulant jouer pour lui-même, parce que c'est sa chanson préférée au monde, ‘Soulshine' de Allman Brothers Band) est rocailleuse à souhait et n'est pas sans rappeler celle de Tommy Kiefer (Cinderella). Elle apporte ce grain si spécifique au groupe qui lui permet d'être pris pour un groupe américain. Bien sûr, les compositions sont passées au moule du Classic rock et croyez nous, ils ont bien intégré les codes. La production est parfaite pour ce style, et l'on se sent au volant d'une décapotable sur la route 66 à l'écoute de l'album.

Qui démarre très fort avec un ‘Soundtrack of My Life' survitaminé. Guitare solo, batterie au tempo rapide, couplet saccadé avec une basse groovy, ça dégage. Headbanging assuré. Suivi d'un ‘Can't Stop Rock'n'Roll' qui balançe, le ton est donné. Le groupe a décidé de jouer une musique positive, les paroles sont des classiques du rock, des tranches de vie, les ruptures, la peine, la vie sur la route.

Quelquefois les harmonies vocales font penser à du Bon Jovi, avec un sens du refrain aiguisé. Les chansons, dont certaines ont été écrites il y a plus d'un an transpirent la sincérité; je veux dire qu'elles sont vraiment jouées sans fard et artifices grossiers et que l'on ressent le feeling généreux du groupe. C'est un album ''joyeux'', loin d'un Rammstein par exemple.

Le groupe a voulu changer un peu la direction musicale en optant pour des chansons plus directes, plus compactes. Sur ‘Heartache', les influences Bryan Adams se font sentir, avec de belles harmonies et un refrain très mélodique. Le jeu de guitare de Norman est tout en subtilités et chaque solo est construit.

‘The Bullet' est une chanson qui aurait pu sortir sur un album de Bon Jovi (dans sa grande période) et il est difficile de croire qu'il s'agit d'un groupe allemand si on ne le sait pas.

‘Give and Take' est un morceau un peu plus heavy que les autres au tempo plus lent, mais toujours avec un refrain que l'on se plaira à reprendre en choeur avec le groupe sur scène ou dans son salon.

Il est vrai que The New Roses n'apporte rien d'original à un style qui a vu déjà tellement de groupes s'y atteler mais Timmy et sa bande ne font pas que reprendre des codes, ils jouent avec passion et savent retranscrire ce feeling qui permet de passer un bon moment en leur compagnie.

D'ailleurs, on n'est pas invités une deuxième fois sur la Kiss Kruise si l'on n'est pas un bon groupe de rock.

En résumé, si vous voulez passer un bon moment à l'écoute d'un album aux relents hard rock vitaminé et joué avec passion, il ne vous reste plus qu'à vous procurer ce ''Nothing But Wild'' et espèrer que le groupe passe en concert dans votre région. Pour ceux qui étaient aux ''Dead Daisies''vous voyez ce que je veux dire.