No One Sings Like You Anymore
Fred H
Journaliste

CHRIS CORNELL

«Tour à tour entraînant, prenant, vibrant, bouleversant. Monsieur Cornell, personne ne chante(ra) plus comme vous, ça c’est certain. »

10 titres
Rock
Durée: 36 min 26 mn
Sortie le 19/03/2021
236 vues
Dans la nuit du 17 au 18 mai 2017, alors qu’il était en tournée avec son groupe référence Soundgarden, le chanteur-guitariste Chris Cornell s’en allait rejoindre les anges de la musique à l'âge de 52 ans. En lutte contre la dépression et la drogue depuis plusieurs années, l’ex-Audioslave commettait un geste fatal après l’absorption d’un surdosage d’anxiolytique. Quelle perte immense pour sa famille et pour le Rock.

On se dit alors que, hormis se réécouter ses disques (en solo ou avec ses différents combos) déjà disponibles, plus jamais nous n’entendrons ce timbre unique et puissant. Et puis, aux fils des ans, quelques raretés ont émergées ici et là (un tribute pour Johnny Cash, quelques pistes sur le maousse coffret compilation « Chris Cornell » dont le mashup Metallica vs. U2 'One'). Le 20 juillet 2020, à l'occasion de l’anniversaire de naissance du vocaliste, ses ayants droits nous livraient une reprise inédite des Guns N' Roses ('Patience', re-glissée dans l’opus qui nous occupe ici) qui s’est hissée rapidement à la première place du classement Mainstream Rock.

Présentement, Vicky Cornell et ses enfants, Toni et Christopher, nous offrent – a titre posthume - « No One Sings Like You Anymore » (phrase extraite du hit 'Black Hole Sun'), une collection de dix reprises, jouées, enregistrées, séquencées et masterisées, par Chris en personne en 2016 (épaulé par le producteur Brendan O'Brien). Selon les dires de la veuve du natif de Seattle, il s’agit d’un Volume 1 et une seconde salve devrait arriver dans quelques temps. En attendant, cette collection du moment nous éclaire un peu plus sur tous ces artistes et chansons que Chris affectionnait et qui l'ont inspirés. On le sait, l’étasunien aimait pratiquer les grands écarts musicaux. Entre sa passion pour les Beatles (« son premier amour » sonore alors qu’il avait 6-7 ans), ses inspirations faites de grattes saturées (Led Zeppelin, Black Sabbath, Alice Cooper pour lequel il a composé un titre sur « The Last Temptation »), ses apartés acoustiques, sa collaboration controversée avec le producteur de hip-hop Timbaland (Madonna, Justin Timberlake) pour le déconcertant « Scream », ses goûts étaient nombreux et éclectiques.

Pour avoir été interprétées lors des concerts unplugged en solo de Chris ('Sad Sad City' de Ghostland Observatory) ou avec Temple of The Dog pour les shows du 25e anniversaire de la sortie de leur unique album éponyme (l’enjoué et addictif 'Jump Into the Fire' de Harry Nilsson), plusieurs plages sont déjà connues des plus fidèles fans du Spoonman. Quels formidables cadeaux désormais immortalisé sur cet effort.

L’interprète de 'Jesus Christ Pose' rend hommage aux icônes Janis Joplin ('Get It While You Can'), John Lennon ('Watching the Wheels'), ou encore Prince ('Nothing Compares 2 U' ici réorchestrée). On se souvient qu’au lendemain de la mort du Love Symbol, Chris avait livré « juste » en guitare-voix et secondé par un violoncelle une magnifique version dudit tube. Qu’elle soit accompagnée d’arrangements électros ('Showdown' de Electric Light Orchestra'), acoustiques, à cordes ('To Be Treated Rite' de Terry Reid), la (put*** de) voix si unique de MONSIEUR Cornell nous embarque ('Stay With Me Baby' de Lorraine Ellison, initialement sorti pour la série télévisée Vinyl "de HBO et déjà dispo sur la compil’ de 2018 citée plus haut). C’est tour à tour entraînant, prenant ('You Don’t Know Nothing About Love' de Carl Hall), vibrant, bouleversant.

D’après l'épouse du défunt chanteur, « il existe encore beaucoup de choses jamais sorties, pas totalement terminées, mais suffisamment abouties pour que nous puissions travailler dessus ». Alors, on a espoir de pouvoir s’envoyer – un jour ou l’autre - d’autres perles cachées mises en boite par le chanteur avant sa disparition. En attendant, délectez vous de ce savoureux « No One Sings Like You Anymore ». Monsieur Cornell, personne ne chante(ra) plus comme vous, ça c’est certain.