Wolf To Man
Enora
Journaliste

NIGHTRAGE

«« Wolf To Man » est une vraie réussite pour sa qualité et surtout sa diversité tant Nightrage emprunte au Melodeath, au Hard Rock, voire même au Metalcore tout en conservant sa ligne directrice»

12 titres
Melodic Death Metal
Durée: 44 mn
Sortie le 29/03/2019
1734 vues

Nightrage est une formation grecque de Melodic Death Metal formée en 2000. Après un premier album, « Sweet Vengeance » paru en 2003, le groupe enchaîne les sorties jusqu'à nous présenter « Wolf To Man », un album marqué par l'arrivée de Francisco Escalona à la basse et Dino George Stamoglou à la batterie.

Après une solennelle introduction aux guitares, la batterie de Dino George Stamoglou prend l'ascendant avec une fougue qui se mue en folie à partir du moment où les screams du frontman se joignent à elle sur ‘Starless Night', un premier titre puissant et très mélodique. Après une ouverture de cette prestance, on ne peut qu'avoir hâte d'en entendre davantage ! Il y a une semaine, Nightrage dévoilait une lyric video du morceau éponyme de cet album, et on les comprend car avec ses accents Thrash, il en séduira plus d'un ! Et ce n'est pas le côté Arch Enemy qui fera changer d'avis les auditeurs. ‘Embrace The Nightrage' met sublimement en avant les préoccupations mélodiques du groupe dont les guitaristes Marios Iliopoulos et Magnus Söderman rivalisent d'ingéniosité et de talent. Le groupe revendique également de s'inscrire dans la lignée de groupes comme Children Of Bodom plus qu'Insomnium, pour ne citer qu'eux. Sobre et parfois old school dans sa composition, ‘Desensitized' apporte une vraie touche de fraîcheur à l'album qui tournait jusque là autour de chansons baroques et surchargées.

Les guitares reviennent en force, ronflantes et puissantes, sur ‘God Forbid', plus gras et ouvertement agressif ! La voix de Ronnie Nyman joue avec les des screams tantôt stridents, tantôt graves et caverneux ; sa maîtrise a de quoi en faire pâlir plus d'un tant on le sent engagé dans sa prestation. Violence et délicatesse se rencontrent et se mêlent sur ‘By Darkness Drawn' qui gagne sans doute en force dans sa version live tant on imagine bien une fosse agiter la tête en rythme sur cette belle ligne mélodique. La basse de Francisco Escalona soutient l'ensemble de l'album, accompagnant chaque changement rythmique de la batterie, mais c'est bien sur ‘The Damned' qu'elle a son court moment de gloire, répondant à la voix qui change de technique vocale, au risque de perdre quelques adeptes en chemin, mais la proposition en vaut la peine.

‘Arm Aim Kill' se fonde sur une profonde contradiction entre passages presque Hard Rock et moments de pur déferlement Death ! Le refrain semble finalement conjuguer ces deux atmosphères et saura renforcer l'adhésion du public grâce à ces trois mots que chacun hurlera depuis la fosse, le poing levé ! Nightrage propose ensuite quelque chose de bien plus Groove avec ‘Gemini', rassurant ainsi ceux qui pouvaient sentir poindre des éléments Metalcore, à la manière de certains vieux albums d'In Flames. Finalement, le groupe semble poursuivre dans cette lignée avec ‘Disconnecting The Dots', presque joyeux, suivi de ‘Escape Route Insertion', une chanson de bonne qualité mais qui semble un peu fade jusqu'au très beau break avec solo de guitares ! Alors que l'ouverture avait été explosive, Nightrage sort de scène avec une version instrumentale de ‘Lytrosis' qu'il sera dommage de manquer.

« Wolf To Man » est une vraie réussite pour sa qualité et surtout sa diversité. Nightrage donne autant dans le Melodic Death Metal ‘commercial' à la Arch Enemy que dans des propositions plus proches du Hard Rock, avec des emprunts faits aux légendes finlandais du genre, mais aussi au Metalcore. Pour un huitième album, le groupe a fait fort et tout semble annoncer un avenir brillant !


NIGHTRAGE
Plus d'infos sur NIGHTRAGE
Melodic Death Metal