Nightmarrow
Enora
Journaliste

MAVRADOXA

«« Nightmarrow », un album qui mérite qu'on lui laisse une chance et s'affirme comme l'une des belles sorties de Black atmosphérique»

6 titres
Black Metal
Durée: 43 mn
Sortie le 02/05/2019
202 vues
HYPNOTIC DIRGE RECORDS

Mavradoxa, un nom qui vient du grec et que l'on traduirait par « Darkworship », est un quatuor américain formé en 2015 et qui a sorti son premier album, « Sojourners », dès 2016, rapidement suivi de « Lethean Lament », en 2017. Cette année c'est avec « Nightmarrow » que le groupe nous invite à découvrir son univers et ses propositions musicales.

La première chose qui saute aux yeux, enfin aux oreilles en l'occurrence, sur ‘Maple', c'est la qualité douteuse du mixage, que certains apprécieront peut être, mais qui donne presque l'impression que le groupe manque de professionnalisme. Le premier et le dernier titre d'un album doivent être les plus soignés possibles car ils constituent la première impression et le souvenir que l'opus laissera, alors autant dire que cette écoute ne s'ouvre pas sous les meilleurs auspices. Le problème ne se pose plus sur ‘The Carrion Shade' qui ramène à la vie des sorcières du passé, incarnée par Lux (Monica Finger) qui mêlent sa voix aux screams de Nival (Zachary Smith) sur une chanson atmosphérique mais relativement enlevée. Les guitares proposent de belles coupures entre les passages vocaux. La fin des presque dix minutes de cette composition est instrumentale et offre un bel aperçu de l'univers de Mavradoxa. Plus lancinant, le morceau éponyme propulse cet album dans une dimension toute autre et qui révèle des richesses insoupçonnées auxquelles une impression uniquement fondée sur ‘Maple' ne rendrait pas justice.

Au milieu de ces longs morceaux, les musiciens de Mavradoxa ont eu la bonne idée de déposer ‘Rustling Leaves', un interlude instrumental de moins de deux minutes qui se démarque par sa douceur et invite à la rêverie et permet aux guitares de Nival et Tyler Stasierowski de se distinguer dans un registre différent. Dans la même veine, nous découvrons ensuite ‘Black Crystal Snowfall', un titre aussi poétique dans sa forme que dans son nom. Alors qu'on avait tendance à entrer rapidement dans le vif du sujet jusqu'ici, le groupe veut davantage prendre son temps et laisser une certaine atmosphère s'installer d'elle-même. La basse de Josh Mason alimente la ligne rythmique sur laquelle se fonde la chanson, laissant malgré tout le premier plan au frontman, autant par ses screams que grâce à sa guitare. La conclusion s'intitule ‘Umbra' et le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle est l'opposée exacte de ‘Maple' tant sa beauté et la soin que le groupe lui a apporté lui permette de s'élever.

« Nightmarrow » est un album dont on ne peut que regretter le manque de soin de ‘Maple' qui peut avoir tendance à placer l'auditeur dans un état d'esprit défavorable avant même d'être entré dans le coeur du sujet. Néanmoins, les amateurs du genre laisseront sans doute sa chance à cette création qui, lorsqu'on se laisse porter, trouve parfaitement sa place parmi les belles sorties de Black atmosphérique de cette première moitié d'année.


MAVRADOXA
Plus d'infos sur MAVRADOXA
Black Metal
Chroniques